Lire en délire ! demandez le programme !

La Mairie du 11e et ses partenaires vous attendent pour une nouvelle édition de “Lire en délire”, du lundi 13 au samedi 18 novembre, au cœur du quartier Fontaine au Roi. Elle est organisée pour la première fois par la Compagnie Par Has’Arts.

lireendelire75011nov2017Lundi 13 novembre à partir de 20h

Ateliers d’écriture à destination des adultes avec Les Ateliers du Chaudron

Mardi 14 novembre de 16h30 à 18h

Lancement officiel de “Lire en délire” dans le square Jules Verne (19 bis rue de l’Orillon)

Une malle de livres apparaît au milieu du square, et des lecteurs vous proposent de vous en lire des passages… Et si pour finir, on lisait tous ensemble ?

Performance artistique et gouter partagé vous attendent pour inaugurer ensemble l’évènement.

Mercredi 15 novembre à partir de 12h

Les histoires se baladent dans le quartier de la Fontaine au Roi

  • De 12h30 à 13h : Impromptus conté à la cantine de Belleville (77 rue de la Fontaine au Roi) ;
  • De 13h30 à 14h : Impromptus conté à L’Orillon Bar (35 rue de l’Orillon) ;
  • À 14h : Boite à Histoire, contes avec marionnettes par Françoise Doussin, au centre de loisir du Passage Piver ;
  • À 15h : Kosticha ? Comment ça va ?, ogresse, démone et autres créatures flippantes de la vallée de Katmandou par la Cie Matador ;
  • De 16h30 à 17h : Lecture de contes à la ludothèque Nautilude (2 rue Jules Verne) ;
  • À 17h : La chasse à l’ours, histoire en musique par Chloée Lacan à la ludothèque Nautilude (2 rue Jules Verne) ;
  • De 17h30 à 18h : Un thé et une histoire vous sont offerts pour finir cet après-midi de contes. Rendez-vous au croisement des rues Jules Verne et de l’Orillon.

Jeudi 16 novembre à partir de 18h

Le rendez-vous manga

Nous vous proposons une soirée conviviale autour du manga. Après une projection d’un épisode de manga (Lequel ? Surprise…), vous pourrez rencontrer et échanger avec un mangaka.

Espace Paris Jeunes Belleville
4 rue Louis Bonnet
75011 PARIS
  • Belleville
  • 20041 – BELLEVILLE

Voir la fiche

Vendredi 17 novembre à partir de 18h

Lecture-spectacle

Belleville mon amour

Nous ne sommes pas dans la nostalgie, ni dans le « c’était mieux avant ! »

Les lieux sont habités par la mémoire de ceux qui y ont vécus

Avec la participation de Marie Bazille,Dominique Bourse, Thierry Dubreuil,Renée Fauguet- Zejgman ,Claude-Émile Guérin, François-Xavier Hubert, Hélène Ortiz

Dramaturgie & mise en lecture

Gabriel Debray avec la collaboration de Catherine Couronne

Le 11éme lieu, 91 bis rue Jean-Pierre Timbaud

Samedi 19 novembre de 15h à 19h

Salon du Livre

Animations et ateliers gratuits tout au long de l’après-midi !

  • Vente de livres à 0.80 € pièce, édités par les éditions Lire C’est Partir, pour les enfants et les adolescents, et séance de dédicaces par les auteurs et illustrateurs ;
  • Bibliothèque itinérante La Déambulle avec la Cie Par Has’Arts et la présence de la bibliothèque Couronnes ;
  • Atelier « Fabrique ton Marque page » avec la Cie Par Has’Arts ;
  • Atelier-spectacle participatif Marionnettes Forum : « Mamie Grammaire »,  avec les Ateliers du Chaudron ;
  • Atelier « Carte Pop-Up » avec Emma Nony, artiste plasticienne ;
  • Atelier de gravure sur carton avec Paris Ateliers, entre 15h et 18h ;
  • Jeux proposés par la ludothèque Nautilude ;
  • Spectacle de kamishibaï, lecture de contes, dans « L’Espace à histoires », avec la ludothèque Nautilude ;
  • Goûter offert à tous les enfants à 17h ;
  • Buvette ;
  • Douceurs sucrées par Le centre social Le Picoulet.
Gymnase Maurice Berlemont
22 rue de l’Orillon
75011 PARIS
  • Belleville
  • 20041 – BELLEVILLE

Voir la fiche

Sans oublier…

Expositions

Haïkus

Ces panneaux sont le fruit d’un travail d’écriture d’un atelier avec des adultes en ateliers socio-linguistique du centre social Le Picoulet en 2010. Celui-ci avait pour objet de restituer une observation sensible du quartier par la pratique de l’haïku, un petit poème extrêmement bref visant à dire et célébrer l’évanescence des choses.

L’Orillon Bar, 35 rue de l’Orillon
Entrée libre du lundi au vendredi de 8h a 2h, et le samedi de 18h à 2h.

Street art – street mots

Au fur à mesure de la semaine “Lire en délire”, des mots des phrases s’invitent dans les rues, les trottoirs, les vitrines, les lieux de votre quartier. Guettez les rue de la Fontaine au Roi ou de l’Orillon…
Vous voulez partager vos mots sur votre quartier ? Envoyez vos textes à motsdesrue@gmail.com.

Et aussi !

Les écoliers du quartier profiteront de plusieurs ateliers et spectacles animés par des auteurs-illustrateurs et des artistes, programmés dans les écoles et centres de loisirs des maternelles Piver, Présentation et Baleine, à l’école élémentaire Belleville, ainsi qu’à l’association Quartier Libre XI.

Le quartier Belleville Saint-Maur accueille sa première poissonnerie !

FullSizeRender-768x576Terroirs d’Avenir ouvre une nouvelle adresse au 71, rue Jean-Pierre-Timbaud (Paris, XIe).

Cette poissonnerie vous approvisionnera quotidiennement (selon la saison) en poissons, mollusques et crustacés, fidèles à leurs valeurs et à celles de Slow Food : des produits bons, propres et justes.
Horaires d’ouverture :
Du mardi au samedi : 10h-21h
Dimanche : 10h-14h
Poissonnerie fermée le lundi.

Dans le 11e, toujours plus de béton pour les quartiers populaires

Photo promotionnelle du promoteur "Coeur de Saint-Ambroise"

Photo promotionnelle du promoteur “Coeur de Saint-Ambroise”

Nous avons pris connaissance de la délivrance d’un permis de construire pour un immeuble de 9 étages par un promoteur privé au 56 avenue Parmentier dans le cadre d’un projet haut de gamme appelé « Cœur Saint-Ambroise » qui comportera des appartements avec des balcons ou terrasses avec une vue magnifique sur l’Eglise du même nom.

On peut s’étonner que cette opération immobilière privée a été autorisée, alors que dans ce secteur, le logement social est inexistant (taux de 0,34%) et que les ménages y sont deux fois plus riches que la moyenne nationale. Le revenu moyen par habitant (RMUC) atteint 33.280€, c’est 14.062€ de plus que la moyenne nationale.

Un projet immobilier au coeur d'un quartier vert et préservé

Un projet immobilier au coeur d’un quartier vert et préservé

La Mairie du 11e continue d’exempter ce secteur pourtant très bourgeois de tout effort de mixité sociale. Ce n’est pas nouveau. Depuis 10 ans, 2 logement sociaux ont été crées en tout et pour tout, respectivement au 5 passage Saint-Ambroise (en 2007) et au 8BIS rue Lacharrière en 2013.

Cette situation est d’autant moins acceptable que non loin de là, dans le quartier de la fontaine au Roi, un des plus pauvres de Paris, classé en politique de la ville, la Mairie du 11e n’a pas à hésité à valider la construction de 17 nouveaux logements sociaux, alors que le taux de logement sociaux selon l’APUR y atteint déjà 30%.

Au-delà du sentiment légitime de ségrégation que suscite cette décision, elle aura pour effet de bétonner encore davantage un quartier populaire qui est déjà le plus dense en logement de Paris et où les espaces verts sont quasi inexistants.

Emplacement où seront construits 2 logements sociaux

Emplacement où seront construits 2 logements sociaux

Si l’ilot concerné par cette construction, aux 5 et 5bis  rue  de  Vaucouleurs, ne comporte que 6% de logements sociaux, la part de logements sociaux peut atteindre entre 25% et 59% juste à proximité, dans les ilots le long du boulevard de Belleville. Deux immeuble sociaux seront construits dans la cour d’un HLM comportant déjà 60 logements familiaux conventionnés en PLAI c’est à dire un catégorie de HLM réservée aux plus pauvres.

Les familles populaires de la Fontaine au Roi devront donc s’entasser encore un peu plus dans un square minuscule Jules Verne avec l’arrivée de nouvelles familles qui intégreront ces deux nouveaux logements sociaux construits rue de Vaucouleurs, alors que les habitants aisés du nouvel immeuble “Cœur Saint-Ambroise” disposeront eux grâce au square Gardette d’un des plus vastes et agréables espaces verts de l’arrondissement et bientôt jardin Truillot.

Le contraste est saisissant.

Vue aérienne de la parcelle où seront créés les deux logements sociaux

Vue aérienne de la parcelle où seront créés les deux logements sociaux

Comment les proches de Benoît Hamon ont tenté de reprendre en main le Conseil de quartier Belleville Saint-Maur

conseil de quartier Belleville Saint-Maur

Le Conseil de quartier est composé par des commissions thématiques qui sont animés par des habitants qui se portent candidats lors des réunions plénières et qui sont tirés au sort. Les animateurs des commissions constituent le groupe d’animation du conseil de quartier. Le groupe d’animation est l’interlocuteur de la Mairie, arrête le budget et l’ordre du jour des réunions.

En 2014, cinq commissions avaient été créées : Culture et animation, Cadre de vie urbanisme et développement durable, Commerçants, Tranquilité publique, Voirie et Solidarité. Deux commissions seulement ont fonctionné (Culture et Cadre de vie). Les animateurs des autres commissions ont soit jeté l’éponge, soit ne se sont jamais investis.

Le 11 octobre dernier, la Mairie du 11e a donc décidé de renouveler les commissions et leurs animateurs.

La réunion plénière, animée par Nawel Oumer adjointe chargé de la démocratie participative et Bastien Recher adjoint chargé du logement et élu référent du quartier, s’est déroulée dans une atmosphère assez confuse. Les règles de renouvellement étaient assez peu claires. Le début de la réunion a également été émaillé par de nombreuses interpellations sur le manque de propreté du quartier.

La réunion s’est poursuivie par une très mauvaise nouvelle puisque certains animateurs du Conseil de quartier ont décidé de jeter l’éponge. Ainsi Michel Vion, figure du quartier, animateur de la Commission Culture du Circul’livre et du Cinéma de Papa et de Maman, a annoncé qu’il ne se porterait pas candidat et déploré les difficultés de fonctionnement et d’organisation du Conseil de quartier, ainsi que l’absence de concertation avec la Mairie.

Restait à choisir les futures commissions et leurs animateurs.

Dans le choix des commissions, nous avons été frappés par l’énergie déployée par Nawel Oumer pour en multiplier le nombre. Elle a ainsi soutenu mordicus le maintien d’une Commission Commerçants dont l’un des animateurs a été reconduit alors qu’il n’a pas été capable depuis 3 ans,  d’animer sa commission et qu’il ne présente aucun projet. Curieuse conception de la démocratie où sur un tirage au sort, un poste peut être confisqué par quelqu’un qui ne remplit pas sa mission.

La Mairie a également voulu diviser la Commission Cadre de vie en plusieurs commissions. Mieux vaut avoir plus de commissions avec 2 personnes, qu’une commission de 10 personnes. Et puis si ça ne marche pas, ce n’est pas grave ! Et si on peut diviser pour mieux règner, cela ne serait pas pour déplaire au Maire du 11e.

Pourquoi la Mairie du 11e agit-elle ainsi ?

Comme attendu, les partis politiques avaient en effet battu le rappel de leurs militants et de leurs adhérents, pour les inviter à se porter candidat. Sur fond de préparation des prochaines élections municipales, la tentation est forte pour l’équipe en place à la mairie du 11e de verrouiller tout débat.

Et pour parler franchement, on n’a pas été déçu ! La très grande majorité du conseil de quartier sera demain animée par des militants engagés avec la majorité municipale. Au point que l’on se demande où sont passés les simples citoyens.

Ainsi, Bastien Recher, adjoint au logement, élu référent du quartier et ancien trésorier de la campagne de Benoît Hamon aura pour interlocuteur au sein du conseil de quartier, Fabien Duquesne, un de ses très proches, responsable du parti de Benoît Hamon pour le 11e arrondissement, ancien secrétaire fédéral du parti socialiste

C’est une autre hamoniste, Alice Guibert, ancienne conseillère de Benoît Hamon, qui animera la commission Culture.

On notera qu’un autre soutien de Benoît Hamon, Chloé Sagaspe, par ailleurs secrétaire départementale d’Europe Ecologie les verts, qui va s’investir sur les questions d’espace public, de mobilités et de développement durable. Précisons au passage que les élus chargés de ces sujets sont eux-mêmes issus de la même formation politique (Joëlle Morel et Pierre Japhet respectivement aux espaces verts et aux déplacements) !

On regrettera ici que les élus écologistes préfèrent parler à leurs militants plutôt qu’aux simples citoyens, privilégiant un entre soi d’autant plus étonnant que le groupe EELV au Conseil de Paris a soutenu plusieurs voeux visant précisément à soutenir la démocratie participative et la participation de tous.

Alors si rien n’interdit à des militants de s’investir dans les instances de démocratie locale, on garde un très mauvais souvenir, de la période récente où tous les militants du Parti socialiste n’avaient eu de cesse d’empêcher le fonctionnement normal du Conseil de quartier et d’orienter son action dans le sens souhaité par la Mairie. Et puis quel dialogue contradictoire peut avoir avec un conseiller de quartier avec un élu qu’il côtoie dans la même formation politique ?

Autre problème, les conseils de quartier doivent s’attacher à rassembler tous les habitants dans leur diversité. On en est ici très loin. Rappelons qu’à l’élection présidentielle Benoît Hamon n’a fait que 13,6% des voix dans le 11e arrondissement, c’est moins que François Fillon, c’est 10 points de moins de Mélenchon et aussi 3 fois moins que le score d’Emmanuel Macron.

Franchement la démocratie locale méritait mieux qu’un tel simulacre .

Engagez-vous dans le Conseil de quartier Belleville Saint-Maur ! RDV le 11 octobre 2017

affiche-renouvellement CQ BSMQu’est-ce qu’un Conseil de quartier et à quoi sert-il ?

Les Conseils de quartier sont des instances de démocratie locale créées par la loi du 27 février 2002, dite loi Vaillant, relative à la démocratie de proximité et sont obligatoires dans les villes de plus de 80 000 habitants.

Ce sont des lieux d’information et de dialogue, forces d’initiatives, d’avis et de propositions sur tout sujet intéressant le quartier, l’arrondissement ou Paris : environnement, économie, culture, communication, animation, solidarité…

Il existe cinq Conseils de quartier dans le 11e (à retrouver dans la carte en téléchargement et grâce au découpage par rue) :

– République – Saint-Ambroise (RSA)
– Belleville – Saint-Maur (BSM)
– Léon Blum – Folie-Régnault (LBFR)
– Nation – Alexandre-Dumas (NAD)
– Bastille – Popincourt (BP)

Comment fonctionne un Conseil de quartier dans le 11e ?

Les Conseils de quartier se réunissent en réunions plénières publiques trois fois par an. Tous les habitants sont invités à participer à ces réunions qui sont l’occasion de rencontrer et d’échanger avec des élus, des services de la Ville et d’autres habitants, d’initier des projets pour leur quartier (visite propreté, ciné-club…) et d’être sollicité pour participer activement aux concertations engagées par la Municipalité (îlot Bréguet, aménagement de la place de la République…).

Dans chaque Conseil de quartier, des groupes de travail, ouvert à tous, dits « commissions thématiques », se constituent afin de réfléchir et de faire des propositions concrètes sur des sujets divers (cadre de vie, culture, urbanisme… ).

Le groupe d’animation est constitué des référents de chaque commission thématique. Il assure la coordination des activités des différents groupes de travail ainsi que l’animation des réunions plénières. Il vote également le budget de fonctionnement selon les besoins des commissions.

Des moyens financiers

Chaque Conseil de quartier dispose d’une enveloppe budgétaire annuelle :

Budget de fonctionnement : 3.306€ par conseil
Il a pour vocation de couvrir les frais de gestion courante des conseils de quartier (fourniture, photocopies, frais d’envoi…), et d’assurer les dépenses en prestations de service liée à la réalisation de leurs projets.

Budget d’investissement : 8.214€ par conseil
Il permet l’achat de matériel neuf pouvant faciliter le fonctionnement des Conseils. Il a aussi pour vocation le financement de l’achat de matériel d’utilité publique dans le cadre des projets des Conseils.

Budget participatif : depuis le mois de janvier 2015, les conseils de quartier jouent un rôle prépondérant dans la formulation de projets dans le cadre du budget participatif de Paris.

La recyclerie de la Petite Rockette menacée par la baisse des contrats aidés

rockette

SOUTENEZ LA PETITE ROCKETTE !

Alors que les contrats aidés sont en passe d’être supprimés, aucune solution alternative n’est proposée par le gouvernement !

Les contrats aidés sont des contrats de travail pour lesquels l’employeur perçoit une aide financière de l’Etat.

Sans ces contrats, la Petite Rockette ne peut continuer son action !!

14 salariés sur 20 sont menacés. en Octobre, 4 contrats se terminent et ne pourront pas être renouvelés. Puis 2 en novembre / décembre, 3 en janvier, 1 en février et 4 en avril / mai.

La Petite Rockette est en danger !

Mobilisez vous pour le maintien des contrats aidés ou une solution de remplacement.

Ecrivez au député et au préfet, avec vos coordonnées en entête et votre signature.

Vous pouvez télécharger ici les deux lettres :

Pour écrire à M. le préfet Michel Cadot
• Par mail : pref-secretariat-particulier-prefet@paris.gouv.fr
• Par voie postale :
Préfecture de Paris et d’Ile-de-France
5 rue Leblanc
75911 Paris Cedex 15

http://www.lapetiterockette.org/…/courrier_rockette_emplois…

Pour écrire à M. le député Pierre Person
• Par mail : pierre.person@assemblee-nationale.fr
• Par voie postale :
Assemblée nationale
126 rue de l’Université
75355 Paris 07 SP

http://www.lapetiterockette.org/…/courrier_rockette_emplois…

MERCI POUR VOTRE SOUTIEN QUI EST DETERMINANT DANS NOTRE ACTION !

Budget participatif 2017 votez pour les projets localisés dans le quartier Belleville Saint-Maur !

Il sera possible de voter à compter du 13 septembre et jusqu’au 1er octobre sur le site   https://budgetparticipatif.paris.fr/bp/

Voici les projets qui sont localisés dans le quartier de Belleville Saint-Maur. Vous pouvez également télécharger la brochure du Conseil de quartier en cliquant ici

A vos votes !

n° 3 Création de stationnement deux-roues

Le secteur Saint Maur/Timbaud/Oberkampf est une zone urbaine dense et très fréquentée, mais on y trouve trop peu de places de stationnement pour les vélos ou les deux-roues motorisées. En conséquence, nombreux sont les scooters qui encombrent certains trottoirs et places du quartier. Les emplacements existants devraient être mieux signalés, agrandis ou rénovés dans certains cas, et de nouvelles places créées tout en respectant les contraintes de voisinage.

n° 5 Égayer l’aire de jeux du square Jules Verne

Nous proposons d’égayer l’espace de jeux du square Jules Verne par la pose d’un sol souple avec des bosses multicolores. Nous proposons également de repenser les espaces autour de l’aire de jeux en y installant des tables de pique-nique.

n° 7 Embellir la rue de la Fontaine au Roi

Tous les ans un nouveau projet propose un aménagement de la zone située du côté pair au niveau du 67-85 rue de la Fontaine au Roi, preuve s’il en est que cette zone est décidément complexe à requalifier.

Actuellement les murs aveugles servent de support à des graffitis et quelques jardinières bricolées avec des palettes sont posées là.

L’ensemble est disparate, plutôt sauvage et peu esthétique et donne l’impression d’une zone laissée à l’abandon.
Il est probable que dans le temps les jardinières ne tiennent pas la distance et que la zone de graffiti devienne illisible.
Nous proposons donc d’embellir cette zone en investissant dans du mobilier urbain solide et une végétalisation entretenue.

n° 11 Réaménager la place Marek Edelman

Ce projet vise à poursuivre le réaménagement de la place Marek Edelman située à l’angle des rues fontaine au roi et du Moulin Joly. Ce lieu présente un fort potentiel du fait de la proximité du gymnase, d’une résidence étudiante, d’un foyer de travailleurs, d’une auberge de jeunesse, d’habitations collectives et d’équipements scolaires. Les agrès installés dans le cadre du budget participatif 2014 ont permis de redonner vie à l’espace de l’autre côté de la rue, et il serait intéressant d’utiliser, de développer et d’optimiser l’espace encore vacant de l’autre côté de la rue dans le prolongement de l’auberge de jeunesse.

Pour plus de convivialité, nous proposons un travail sur le sol ainsi qu’un aménagement avec des structures jouant sur les volumes et les courbes pour un espace qui invite à s’assoir. Il pourrait être intéressant d’intégrer une part de végétalisation par le biais de bacs ou pots de fleurs ou arbres pour adoucir la minéralité du lieu.

L’espace concerné pourrait également accueillir une aire de sports avec des agrès de type paniers de basket ou cages de football. Pour compenser le manque d’espace, nous proposons aussi d’étudier le rétrécissement du trottoir opposé à gauche pour laisser plus de places aux voitures. Un Baby-Foot se trouve sur cette même place mais est inutilisé : l’installation d’un système de machine à jetons pour les balles pourrait aussi être étudiée pour faire en sorte que le baby foot soit utilisé.

Afin de créer de la fluidité et du lien entre les deux espaces de part et d’autre de la rue, nous aimerions enfin suggérer la piétonisation de la rue sur certains créneaux horaires du week-end.

 n°12 Square Jean Aicard : le square fait vivre !

Le square Jean Aicard est le seul « espace vert » dans un périmètre de plus de 400 m. Il occupe une surface de 1 800 m2 en s’étendant sur près de 190 mètres de long et 10 mètres de large, surface non négligeable dont pourtant quasiment un tiers est inutilisé, du fait de la segmentation des espaces. Plusieurs dysfonctionnements ont été relevés :

La perte de place liée à la segmentation des espaces. Près de 490 m2, soit l’équivalent de l’aire de jeux pour enfants, sont occupés par des « placettes » qui n’offrent aucun usage en l’état.

L’accès rue Oberkampf est condamné pour ne pas traverser le boulodrome : le square est difficilement accessible, son existence est parfois même ignorée des piétons.
L’insuffisance d’équipements pour les adolescents.
La segmentation n’incite pas à l’échange mais à l’entre-soi. La végétation est limitée aux arbres et aux bordures.

Ce que nous proposons :

Unifier le square afin de rétablir une continuité et un cheminement sur sa longueur.

Rétablir l’accès rue Oberkampf, très fréquentée des piétons.
Conserver les usages actuels et les compléter d’équipements (pelouse, appareils de sport, kiosque multi-activités,…) et d’espaces pour tous les publics et les associations du quartier (salle polyvalente, Centre Paris Anim, le Théâtre du Chaudron…)

Enrichir la palette végétale pour valoriser les entrées du square et favoriser les pratiques de jardin partagé.

Faisons du square Jean Aicard un îlot joyeux et convivial !

n°15 Végétalisons le quartier Belleville Saint-Maur !

Notre quartier est le plus dense en logements d’Europe. La place des espaces verts y est notoirement insuffisante. Chacun est conscient de la nécessité de favoriser la biodiversité dans la lutte contre le réchauffement climatique. Le projet de la Commission Cadre de vie du Conseil de quartier vise aussi à rendre notre quartier plus beau et plus agréable en favorisant la participation de tous

Les entrées de certaines rues pourraient être marquées par des formes de végétalisation diverses, comme des arches ou des portiques végétalisés pour accueillir des plantes grimpantes dans les rues les plus minérales, comme la rue de Vaucouleurs.

Nous proposons aussi de planter des arbres dans les espaces encore disponibles du quartier, comme la place Jean Ferrat qui pourrait accueillir au moins 3 arbres cela sans gêner la circulation des piétons.

Enfin nous proposons de végétaliser les terre-pleins centraux des boulevard de Ménilmontant et de Belleville, en compatibilité avec la création du parcours sportif sur cet axe, pourrait d’ailleurs accueillir un jardin partagé.

n° 27 Un kiosque d’animation et partage citoyen

Notre projet propose d’installer un kiosque d’environ 2 mètres sur 3 sur l’esplanade Roger Linet, afin de créer un lieu d’animation, de rencontre et de partage dans le quartier Belleville / Saint-Maur. Il pourrait être animé par le Conseil de quartier Belleville / Saint-Maur, en particulier par la commission “Culture et Animation” et par d’autres associations et structures de quartier.

Le Circul’Livre organisé sur cette esplanade un samedi par mois depuis novembre 2007, et qui a dû être suspendu depuis novembre 2015 pour des problèmes d’accès au lieu de stockage, pourrait enfin être relancé. A leur grande satisfaction, les habitants du quartier pourront à nouveau se retrouver, se rencontrer, emprunter des livres et échanger avec les bénévoles du Conseil de quartier et avec d’autres acteurs du quartier.

Le kiosque pourrait abriter quelques tables et plusieurs centaines de livres. Il serait autonome grâce à un petit panneau solaire sur le toit, assurant un minimum d’éclairage.

 

 

Un restaurant marocain va tenter de redorer le blason de la cuisine du maghreb à Belleville

kmoon devantureAu 17 boulevard de Belleville, un restaurant marocain, le K-Moon, devrait ouvrir prochainement.

Saluons l’arrivée d’un restaurant maghrébin avec un minimum d’ambitions culinaires, dans ce secteur qui compte un grand nombre de restaurants tunisiens, certes très bon marché, mais vraiment bas de gamme, et dont l’hygiène a pu parfois entraîner la fermeture.

k moonLe K-Moon se veut, selon son propriétaire, un restaurant rapide de cuisine marocaine, mais tout en offrant des plats traditionnels marocains cuisinés à l’ancienne et dans un cadre moderne et agréable. Tout devrait être fait maison. Du jus de fruit jusqu’au pain de sandwich accompagné de frites fraîches. Le couscous, les tajines et les Rghaifs (galettes marocaines),devraient occuper une place de choix sur la carte du restaurant. Un concept qui n’est pas sans rappeler Yemma, rue du chemin vert, qui détient selon nous incontestablement la palme du meilleur couscous du quartier Belleville Saint-Maur.

Une microbrasserie s’installe au 90 boulevard de Ménilmontant

brasserieBalthazar, une microbrasserie, va s’installer au 90 boulevard de Ménilmontant. Le lieu sera composé de 2 espaces : un espace brasserie dédié à la fabrication et un espace « pub » consacré la dégustation. Le projet a été pour partie financé par une campagne de financement participatif.

5 types de bières devraient être commercialisées dans un premier temps par la microbrasserie Balthazar.

Ouverture d’un espace de coworking rue Jean-Pierre Timbaud en septembre 2017

Situé au 91 bis rue Jean-Pierre Timbaud, le Onzième Lieu est un espace de 700 m² qui proposera à partir du mois de septembre des espaces de travail partagé, adapté aux artistes et à tous ceux qui ont envie de travailler à leur contact. On pourra y louer un bureau, un atelier, un studio photo, des machines ou encore des salles de réunion à l’heure, à la journée ou au mois.

L’espace sera également ouvert aux travailleurs nomades, qui cherchent des lieux sans engagement pour travailler dans des conditions optimales.

18237943_130715550808130_1913940179798925953_o

Le bâtiment avant travaux

Le site disposera de 3 ateliers individuels de 17 m² qui accueilleront des artistes à l’étage du Onzième Lieu. Lumineux et équipés et situés  ils sont idéals pour une pratique plasticienne. Des de salles de réunion de taille variable sont également prévues. Il y aura également un espace ouvert de 100 m² accueillant un atelier partagé et une salle des machines, ainsi qu’un studio photo de 45 m².

Onzième Lieu proposera également une programmation destinée à encourager les rencontres entre les résidents et à faire des ponts entre les différentes activités (conférences, ateliers, discussions.

Les Ateliers Parallèles sont l’association culturelle du Onzième Lieu. Destinée à enrichir la vie de quartier, elle proposera aux habitants du quartier et au grand public des expositions, des rencontres et des ateliers, destinés aux petits et aux grands.

Nous aurons l’occasion de revenir sur les circonstances et la génèse de ce projet ainsi que son impact potentiel sur ce secteur du haut de la rue Jean-Pierre Timbaud.

D’ici là, voici les coordonnées du Onzième lieu :

Téléphone : +33 (0) 6 86 70 88 84
Email : info@Onzieme-Lieu.com

Le Conseil de quartier et la Mairie tombent d’accord sur le plan de réfection des trottoirs

Dans le cadre du budget participatif 2016, le Conseil de quartier Belleville Saint-Maur (commission Cadre de vie) a présenté un projet “Refaire les trottoirs dégradés à Belleville Saint-maur”, qui a été retenu par les habitants, parce que le quartier souffre de multiples problèmes s’agissant de l’espace public : trottoirs dégradés, panneaux de signalisation penchés en état de délabrement. Il en va de même des plaques de rue, des potelets, ainsi que des protections des voies vélo non remplacées. Le projet consistait donc, sur la base d’un diagnostic élaboré par les habitants, à refaire les trottoirs, remplacer les panneaux et plaques de rue et combler les nombreux nids-de-poule qui affectent la vie des habitants du quartier. Le projet est doté d’un budget  de 400.000€.

Un diagnostic précis a été réalisé par les habitants en mars dernier. 241 points noirs ont été identifiés. Le boulevard de Belleville n’est pas concerné par ce diagnostic (il fera l’objet d’un projet de réaménagement distinct).

diagnostic_546_3a9cd7ad6f115616f9c456c95560ef755d09c6f0

Une réunion de travail a été organisée avec les services de la ville et Florent Hubert, conseiller d’arrondissement chargé de l’espace public et les échanges se sont poursuivis par courriel. Le résultat est globalement satisfaisant  :

La Mairie s’est engagée à changer l’intégralité des panneaux de circulation dégradés et à remplacer tous les potelets descellés ou abîmés dans le quartier. La Commission cadre de vie a demandé l’achèvement de ces opérations d’ici la fin de l’année ainsi qu’un bilan d’étape pour fin septembre. Il convient de noter que ces opérations seront financées sur le budget de fonctionnement de la Mairie du 11e et non dans le cadre du budget participatif.

En ce qui concerne les trottoirs qui eux seront fiancés dans le cadre du budget de 400.000€ du budget participatif, les sites qui ont été retenus sont les suivants :

trottoirs BP

Vous retrouvez, ci-après, l’essentiel des points noirs des rues concernées qui seront traités. Attention, il s’agit d’un document de travail de la Mairie du 11e élaboré avant finalisation avec le Conseil de quartier. Il manque donc quelques ajustements comme les places Jean Ferrat et Roger Linet.

Télécharger (PDF, 2.85MB)

Réaménagement du boulevard de Belleville, les inquiétudes persistent.

Retour sur la réunion de présentation du projet de réaménagement du boulevard de Belleville du 27 juin 2017 en présence de François Vauglin, maire du 11e arrondissement et Frédérique Calandra, Maire du 20e arrondissement :

Le boulevard de Belleville deviendrait partiellement piéton côté 11e entre les rues Faubourg du  temple et Fontaine au roi. Seule la nouvelle ligne de bus 71, les riverains et les forains (les jours de marché) pourraient emprunter ce tronçon. Les autres automobilistes devront emprunter un autre itinéraire.

Il ne s’agirait pas tant de faire une zone piétonne pour le plaisir d’en faire une, que de rendre possible un élargissement des trottoirs côté 11e et la bonne circulation de la nouvelle ligne de bus.

Ce projet aura des conséquences concrètes pour les riverains des rues vers lesquels le trafic sera détourné, notamment ceux de la rue du Faubourg du temple qui accueillera par ailleurs un bus, le n°20 dont l’itinéraire est modifié, des rue de la Fontaine au roi et Oberkampf.

Les habitants du 10e arrondissement présents lors de la réunion publique, qui n’ont jamais été associés à la concertation, contestent les choix des maires du 11e et du 20e et ont notamment jugé inadmissible le déplacement des nuisances et de la pollution devant les fenêtres des patients de l’hôpital Saint-Louis.

plan bus BSMLes cyclistes eux vont perdre leur voie vélo protégée côté 11e (condition pour permettre un élargissement du trottoir) et devront à l’avenir emprunter la voie de circulation générale. Côté 20e, ils continueront d’emprunter le couloir de bus protégé au grand désespoir de l’association Paris en Selle,  dont les militants se sont montrés très critiques devant cette situation. La création d’une voie vélo en site propre côté 20e s’est avérée, selon la Maire du 20e, incompatible avec une voie de bus protégée qui sera empruntée par 3 lignes (71, 96 et 20), contre une seule actuellement.

De nombreux participants ont par ailleurs regretté que la question des carrefours ne soit pas traitée par le projet. Rien n’était encore prévu pour celui de Couronnes, qui est pourtant régulièrement embolisé. Le carrefour Ménilmontant, particulièrement étroit, inquiète également. Il verra en effet à l’avenir passer 4 bus, dont 3 dans le même sens.

Certains habitants ont souligné les limites du projet de la Mairie. Un élargissement du trottoir côté 11e ne garantit en rien une amélioration de la place des piétons. Dans ce secteur très commerçant ou de nombreux restaurants installent des terrasses sans aucune autorisation, la tentation sera forte de tirer profit de ce nouvel espace gratuit au détriment des piétons. Le cas du boulevard de Belleville et Ménilmontant, côté 20e démontrent que le risque n’est en rien théorique. L’interdiction de la circulation sur un tronçon du boulevard de Belleville suscite le même scepticisme sur la capacité de la Mairie et de la préfecture de police à en assurer le respect. En revanche, Renaud Martin, adjoint à la Maire du 20e, a confirmé que les traversées piétonnes seront plus nombreuses. On ne peut que s’en féliciter, même si le trajet des bus s’en trouvera moins fluide sur le boulevard.

On regrettera qu’aucune information n’ait été donnée sur la localisation des emplacements vélos, ni sur la suppression de places de stationnement. Aucune des questions liées aux aménagements n’a pu être abordée notamment sur la place de la végétalisation, les éventuelles installations sportives ou les jeux pour enfant.

La question du marché de Belleville préoccupe les riverains, qui ont rappelé aux Maires qu’ils leur ont demandé avec insistance depuis plusieurs mois l’organisation d’une réunion avec son gestionnaire. François Vauglin a affirmé sa détermination dans la régulation du marché, sans réellement convaincre. Le gestionnaire est en effet lié à la Mairie par un contrat qui prévoit le respect d’un certain nombre de règles, lesquelles sont régulièrement bafouées comme l’encombrement des terre-pleins le non-respect des horaires et installations sauvages.

A cet égard, le projet du Maire du 11e arrondissement de limiter l’emprise du marché de Belleville aux extrémités des terre-pleins centraux pourrait s’avérer contreproductif et propice à la réinstallation du marché sauvage sur ces espaces libérés. La création d’espaces de convivialité avec des bancs ne peut qu’être idéal pour le développement de cette activité illégale, notamment les jours de marché . Il suffit de regarder ce qui se passe place Jean Ferrat pour le comprendre. Il n’est pas certain non plus que les riverains s’y retrouvent. Les aménagements envisagés constitueront autant de lieux où les fêtards pourront venir terminer leur soirée à la fermeture des bars.

Vous trouverez ci-après l’intégralité de la présentation faite par les mairies d’arrondissement, ainsi que le calendrier prévisionnel du projet.

Télécharger (PDF, 8.07MB)

Les riverains d’Oberkampf veulent la tête du « Monsieur nuit » de la Ville de Paris !

« Je cherche à développer la nuit à Paris mais une nuit respectueuse », se défend Frédéric Hocquard qui reconnaît qu’Oberkampf fait partie « des quartiers avec des tensions non réglées ».

Le torchon brûle entre Frédéric Hocquard (PS), « Le Monsieur nuit » de la Ville, conseiller délégué auprès du Bruno Julliard, premier adjoint d’Anne Hidalgo, chargé des questions relatives à la “Nuit” à Paris et les riverains du quartier Oberkampf (XIe) qui eux, veulent pouvoir dormir la nuit. Ainsi que tout le réseau Vivre Paris qui représente trente-cinq associations de quartiers.

Alors que la première commission de régulation des quartiers festifs et nocturnes du XIe sera lancée le 5 juillet prochain – censée mettre d’accord riverains et établissements de nuit – à la mairie du XIe et que ce mardi, un groupe de travail planchait sur le sujet sur tous les quartiers bruyants de la capitale à l’Hôtel de ville, autour de Frédéric Hocquard, le dossier semble dans l’impasse.

« Le conseil de la nuit est une mascarade ! S’agace Bertrand Lukacs, du réseau Vivre Paris et par ailleurs médecin. Il n’y a aucune concertation avec Frédéric Hocquard, Nous sommes tout simplement instrumentalisés ».

« A la réunion mardi, on a mis les pieds dans le plat, s’irrite de son côté Gilles Pourbaix, du réseau. Toute l’ambiguïté de la Ville de Paris et de Frédéric Hocquard, c’est qu’ils sont aux mains du lobby de la nuit, les boîtes et les bars. On aimerait bien voir Monsieur Hocquard remplacé par quelqu’un de plus ouvert aux souffrances des Parisiens privés de sommeil ».

Dans le XIe, qui est l’arrondissement qui compte le plus de bars licence IV de la capitale (1 500 !), les riverains ne taclent ni la mairie du XIe « à l’écoute », ni le commissariat de police qui reçoit des plaintes toutes les semaines. « On les voit. Ils passent et verbalisent », constatent les riverains. En 2016, les 24 policiers du groupe spécialisé de terrain (GST) du commissariat du XIe ont dressé sur Oberkampf une centaine de mesures administratives – avertissements et fermetures – contre les mauvais élèves, bars et restaurants qui ne respectent pas la charte, qui laissent la nuit leurs clients fumer, boire et hurler dehors. Depuis le début de l’année, la Préfecture de police, à la demande du commissaire de police du XIe, a lancé une quarantaine de procédures.

« Je cherche à développer la nuit à Paris mais une nuit respectueuse », se défend Frédéric Hocquard qui reconnaît qu’Oberkampf fait partie « des quartiers avec des tensions non réglées ». « Paris est une ville dense et bruyante », analyse le conseiller, par ailleurs l’élu du XXe arrondissement, qui regrette que certains membres du réseau « refusent d’être dans la médiation et fassent du cinéma ! Ils veulent la fermeture des bars. Et les bars ne fermeront pas ! ».

  leparisien.fr

Babelville, un quartier qui affirme son Moi urbain

Babelville, un quartier qui affirme son Moi urbain.

Parfois quand on sait les écouter, les territoires s’expriment. C’est ce qu’a fait l’Agence Nationale de Psychanalyse Urbaine ( ANPU ) avec Babelville, un quartier qui s’est dévoilé en se couchant sur le divan.
L’ANPU a découvert que bon nombre de richesses du quartier étaient enfouies dans les sous couches profondes de son inconscient.
Voilà pourquoi l’ANPU a proposé de révéler ces trésors au monde entier pour que petit à petit les habitants et acteurs du quartier ne disent plus je suis au bas de Belleville, ou à côté d’Oberkampf mais bien avec un large sourire empli de fierté :

” J’habite à Babelville ! Soyez les bienvenus à Babelville ! ”

Laissez vous guider dans le quartier par les marquages au sol, devinez quel trésor se cache derrière chaque marque, trouvez plus d’explications sur les 3 plans accrochés aux murs. Et même, si vous le souhaitez, vous trouverez la description complète du mythe de Babelville sur la page wikipédia qui lui est dédiée.

La psychanalyse urbaine de la rue de la Fontaine au Roi » s’inscrit dans le cadre du projet de RECONQUETE URBAINE voté dans le budget participatif 2014 et de la mission Politique de la ville

Venez donc célébrer cette naissance avec nous et les acteurs du quartier à 16h au square Jules Verne !

et de 14h à 19h :

Réalisation d’une grande fresque peinte par les jeunes au nouvel Espace Paris Jeune Belleville, inspirée par la psychanalyse urbaine du quartier et coordonnée par l’association “Sms peinture collective”.
> de 14h à 16h au 4 rue Louis Bonnet.

Partage d’un goûter/exposition des ateliers menés à la ludothèque Nautilude.
> de 15h à 19h au 2 rue Jules Verne.

Installation de la bibliothèque à ciel ouvert dans le square Jules Verne. “Le bouquin qui bulle” de la Compagnie par Has’arts sort ces livres, tapis, transats et canapés.
> de 15h à 18h au 19bis rue de l’Orillon.

Vernissage à l’échelle du quartier. Venez déguster le Cocktail de Babelville offert par le bar de l’Orillon, l’auberge de jeunesse Les Piaules et l’Ekinoxe café.
> de 16h à 19h au 35 rue de l’Orillon, au 59 boulevard de Belleville et au 153 rue Saint Maur.

Puis, vous pourrez vous laisser guider par les marquages au sol, deviner quel trésor se cache derrière chaque marque, déguster un cocktail à base d’eau précieuse de la Fontaine au roi dans les bars du quartier !…