Surdensification urbaine et concentration de la misère, les pauvres font reculer François Vauglin

Nous avions eu l’occasion de dénoncer une opération de construction de logements sociaux dans une zone qui était déjà très fortement urbanisée et dotée de logements sociaux, quand dans d’autres quartiers étaient créés des jardins et des résidences de standing.

Dans le quartier de la fontaine au Roi, un des plus pauvres de Paris, classé en politique de la ville, la Mairie du 11e n’avait en effet pas à hésité à valider la construction de 17 nouveaux logements sociaux, alors que le taux de logement sociaux selon l’APUR y atteint déjà 30%. Au-delà du sentiment légitime de ségrégation que suscite cette décision, elle avait pour effet de bétonner encore davantage un quartier populaire qui est déjà le plus dense en logement de Paris et où les espaces verts sont quasi inexistants.

Si l’ilot concerné par cette construction, aux 5 et 5bis  rue  de  Vaucouleurs, ne comporte que 6% de logements sociaux, la part de logements sociaux peut atteindre entre 25% et 59% juste à proximité, dans les ilots le long du boulevard de Belleville. Les deux immeubles sociaux devaient être construits dans la cour d’un HLM comportant déjà 60 logements familiaux conventionnés en PLAI, c’est à dire un catégorie de HLM réservée aux plus pauvres.

Cette décision avait également pour conséquence d’entasser encore plus les familles populaires de la Fontaine au Roi dans le minuscule square Jules Verne avec l’arrivée de nouvelles familles qui devaient intégrer ces deux nouveaux logements sociaux construits rue de Vaucouleurs,

Cette situation a conduit les habitants des logements sociaux à proximité desquels devaient être construits ces deux nouveaux immeubles à se mobiliser et a constituer une association de défense du site et de leur cadre de vie. C’est suffisamment rare pour être souligné.

A force de ténacité et de mobilisation les habitants ont obtenu des résultats. Le Maire du 11e arrondissement leur aurait affirmé dans un courrier qu’il ne soutenait plus ce projet, qui sauf surprise, ne devrait pas avoir lieu, dans la mesure où il est conditionné par un soutien financier de la ville à hauteur de 713.000€.  Celle-ci dispose d’un second moyen de dissuader le bailleur social qui est propriétaire de la parcelle. Ce serait refuser le permis de construire.

La versatilité du Maire du 11e peut interroger dans la mesure où tous les points soulevés par l’association des riverains avaient été soulevés par Joëlle Morel en Conseil d’arrondissement le 28 novembre 2016 qui rappelait notamment que le quartier accueillait déjà “un très grand nombre de logements sociaux” et dénonçait ” le fait que ce quartier, qui accueille plus de 27.000 habitants sur une superficie de37 ha, ne possède qu’un petit square de 1.750 m² […] que les agents de la Direction des Espaces Verts et de l’Environnement le décrivent comme un square surpeuplé.” L’élue ajoutait  que “Se permettre de construire un nouveau bâtiment au cœur d’un îlot qui comprend déjà 60 logements sociaux est une erreur et ne provoquera que des tensions supplémentaires dans un quartier qui vit mal parfois“. Elle demandais enfin si on avait “mesuré les conséquences sociales et environnementales sur la qualité de vie des habitants de ce quartier ?

Après avoir balayé ces arguments de bon sens, le Maire du 11e arrondissement a fini, 18 mois plus tard, par se ranger à l’avis des habitants.

D’autres projets de construction ailleurs dans le quartier sont en cours d’élaboration, souhaitons qu’ils connaissent la même fin.

Dans le 11e arrondissement, les pauvres et les immigrés n’ont pas droit à un mobilier urbain de la même qualité que les autres habitants

Le Conseil de quartier a été alerté à plusieurs reprises sur l’état des bancs publics et en particulier dans le nord du quartier. La Commission Cadre de vie a effectué un diagnostic au printemps dernier, dont il ressort qu’en réalité, la situation dans le 11e n’est pas la même selon les quartiers. En réalité, plus on se rapproche de notre quartier, plus le mobilier urbain est dégradé. Il est assez curieux de remarquer à quel point les bancs du boulevard de Charonne, dans le quartier voisin Léon Blum Folie Regnault, sont propres et fraichement repeints, quand sur le boulevard de Ménilmontant, une fois passé le Père Lachaise, les bancs deviennent tagés et usés. Au sein de notre quartier, plus on va vers Belleville moins les bancs sont utilisables, avec notamment des planches manquantes ou branlantes.

Ce ne serait pas aussi grave, si cette “géographie” des bancs publics ne correspondait pas aussi à celle de la pauvreté et de l’immigration. C’est en effet dans le secteur le plus pauvre du 11e arrondissement et présentant le taux d’immigration le plus élevé que le mobilier urbain est le plus dégradé. C’est là une situation inadmissible. Chacun sait en outre que ce sont bien souvent les populations les plus pauvres et les immigrés, notamment les plus âgés d’entre-eux, qui sont les utilisateurs les plus réguliers des bancs publics, souvent parce qu’ils résident dans des logement exigus, comme des chambres d’hôtel ou des foyers, particulièrement concentrés dans notre quartier.

Cliquer sur l’image ci-après pour voir la vidéo du diagnostic :

Image de prévisualisation YouTube

La rue de Ménilmontant va accueillir un bar restaurant à cocktails

La rue de Ménilmontant va accueillir un nouvel établissement au numéro 42. Baptisé Mino, ce lieu abritera non seulement un bar à cocktails mais aussi un restaurant de cuisine méditerranéenne avec par exemple  un Risotto Primavera aux petits pois, fèves et courgettes. Ce nouvel établissement sera ouvert par Jennifer Le Nechet, meilleure bartender du monde en 2016 !

La date exacte d’ouverture n’a pas été communiquée.

Votez à partir du 7 septembre pour refaire les trottoirs des rues Oberkampf, Saint-Maur et Timbaud !

Le projet consiste à poursuivre le projet de rénovation complète des trottoirs du quartier, dont la première phase a été votée en 2016, mais qui n’avait pas permis de refaire les trottoirs des rues Oberkampf, Timbaud et Saint-Maur.

L’heure est venue de s’occuper de ces trois rues importantes du quartier !

Budget du projet : 1.100.000 €

Vous n’êtes pas convaincu.e ? Jetez un coup oeil  à cette courte vidéo :

 

Comment soutenir le projet :

En votant sur le site www.budgetparticipatif.paris.fr ou sur l’un des lieux de vote, dont l’adresse figure sur le site.

Vous pouvez voter pour 5 projets au plus dans le 11e arrondissement et 5 autres projets au plus à Paris.

N’oubliez pas une chose : si vous votez pour plusieurs projets, vous les mettez de fait à égalité, or tous ne pourront être mis en œuvre, car l’enveloppe financière est limitée. Donc d’une certaine manière, vous laisseriez aux autres le soin de les départager.

Donc un conseil : ne votez que pour le ou les projet(s) qui vous tien(nen)t vraiment à cœur !

Budget participatif : les quartiers populaires du 11e arrondissement, victimes des arbitrages de la Mairie de Paris

Trop c’est trop ! Dans un  courrier du 14 mai 2018,  la Commission Cadre de vie du Conseil de quartier conteste la répartition entre arrondissements des financements du budget participatif dédiés aux quartier populaires.

Alors que l‘argent du budget participatif devrait bénéficier à TOUS les quartiers populaires, il semble davantage orienté sur certains quartiers du 18e et 19e arrondissements où est élue Colombe Brossel, adjointe à la maire de Paris chargée de notamment des quartiers prioritaires et sur ceux de nos voisins du 20e arrondissement. Cette situation s’effectue au détriment des autres quartiers et en particulier, du nôtre.

Cette quasi-confiscation du budget participatif parisien et donc de l’argent public aura des répercussions très concrètes sur la situation des écoles de notre quartier, qui  risquent de ne pas pouvoir être rénovées faute de financement, sur l’entretien des trottoirs, ou encore, pour le fonctionnement de nos associations, qui auraient clairement besoin d’un coup de pouce pour rénover leurs locaux et mieux accompagner nos concitoyens les plus fragiles.

En effet, alors que compte tenu de sa population, notre quartier devrait recevoir de la ville de Paris 1M€ par an au titre du budget participatif parisien dédié au quartiers populaires, il n’en a reçu que 250.000€ au titre de l’année 2016, soit 4 fois moins !

Ainsi notre quartier n’a pas reçu un seul centime d’aide aux commerces, pour lequel la Mairie dispose d’un budget de 2.500.000€. S’agissant du soutien aux associations, ce n’est pas franchement mieux ; notre quartier a reçu 7 fois moins d’argent que le 18e arrondissement pour la seule rénovation d’une salle. Pour rénover les places publiques, nous n’avons reçu que 0,5% du budget dédiés aux quartiers populaires !

Pour en comprendre les enjeux et mesure l’ampleur de l’injustice dont notre quartier est victime, nous reproduisons ci-après, le courrier adressée à Colombe Brossel, ainsi qu’à Pauline Veron et qui est resté sans réponse. Vous pouvez également le télécharger en bas de l’article.

________________________________________________________________________________________________________________________________________

“Mesdames les adjointes à la Maire de Paris,

L’enveloppe du budget participatif parisien alloué aux quartiers populaires depuis 2016 a été fixée à 15 M€ par an, à répartir entre les projets des quartiers populaires.

Le quartier de la Fontaine au Roi dans le 11e arrondissement compte 25.859 habitants, représentant 7% de la population parisienne qui réside dans les quartiers prioritaires (364.838 habitants). Sa population est par exemple supérieure à celle d’un quartier comme la Goutte d’Or.

Ce quartier devrait, en toute logique et en équité, bénéficier d’une enveloppe du budget participatif parisien cohérente avec ces données démographiques, soit 1M€ d’investissement par an (7% de 15M€).

Il résulte d’une première analyse de la réalisation du budget participatif 2016 que notre quartier n’émarge que très faiblement sur cette enveloppe de 15M€. Le niveau des dépenses d’investissement fléchées sur celui-ci est en effet quatre fois inférieur au montant qu’il devrait percevoir au titre de la solidarité parisienne (250.024€), alors même que des projets susceptibles de bénéficier de ce financement ont été présentés en 2016.

Cette situation, inadmissible, a notamment obligé les habitants à reproposer leurs projets dans le cadre du budget participatif d’arrondissement, l’année suivante et à les faire financer dans ce cadre, au détriment d’autres projets pour le quartier.

Il est manifeste que la solidarité parisienne, à laquelle les habitants du 11e arrondissement contribuent pleinement, ne s’exerce pas en faveur du seul quartier classé en politique de la ville de cet arrondissement. Le détail de la réalisation des projets lauréats en 2016 en atteste.

2016 : Plus de végétal dans les quartier prioritaires (budget parisien 2.000.000€)

Pour les deux squares du quartier, 96.000€ seulement ont été alloués, soit à peine 5% de l’enveloppe parisienne, alors que le chiffrage du projet de réaménagement faisait apparaître un besoin de financement très nettement supérieur à ce montant. Cette décision a conduit les porteurs à reposer en 2017 un projet « Square Jean Aicard : le square fait vivre » pour un budget de 400.000€, imputé là encore sur l’enveloppe d’arrondissement.

2016 : Réinventons nos places des quartiers populaires ! 3.500.000€.

Nous avons présenté le projet « Réaménager la place Marek Edelman » et sollicité un budget de 700.000€. Celui-ci a été rejeté au motif qu’il mériterait d’être précisé et que d’autres actions devaient être réalisées et contribuer à améliorer cet espace, alors même que les projets retenus étaient tout autant marqués par l’imprécision. Cette situation a, là encore, conduit à reproposer le projet l’année suivante et le faire financer sur le budget d’arrondissement, pour un montant de 140.000 €.

Le seul projet de notre quartier retenu et regroupé dans le cadre du projet global ne concerne qu’un carrefour (pas même une place) de quelques mètres à l’angle Crespin du Gast/ passage de Ménilmontant et dont budget ne devrait pas excéder 20.000 €, soit 0,5% de l’enveloppe de 3.500.000€.

2016 : Plus de commerces dans les quartiers populaires (budget total : 2.500. 000€)

Un jury s’est tenu le 12 janvier 2018 pour désigner les 27 lauréats. Il ressort de la lecture de la liste des projets lauréats qu’aucun commerce de notre quartier ne bénéficiera de ce financement, alors que la moitié des projets financés seront situés dans le seul 18ème arrondissement. De la même manière, la délibération 2018 DDTC-DAE 17 ne prévoit de subvention d’investissement qu’au bénéficie des quartiers de la Goutte d’Or et de Belleville (20e). A ce stade, notre quartier bénéficie de 0% de l’enveloppe de 2.500.000€

2016 : Agir en faveur de la vitalité associative des quartiers populaires ! (budget total : 3.500.000€)

Il résulte des délibérations 2018 DDCT 70 (652 092 €), 2017 DDCT 134 (151 545 €), 2017 DDCT 158 (41 047 €), 2017 DDCT 83 (476 981 €) et 2017 DDCT 41 (167 963 €), que seuls 67.597€, soit 1,9% seulement de l’enveloppe parisienne, devraient être alloués aux associations de notre quartier (Logement francilien pour la rénovation du local “Quartier libre 11” et du local associatif “Francophonie et Cultures Partagées”, ainsi que COOP mijotée).

Au total, le montant alloué pour toutes les associations de notre quartier est 7 fois inférieur au budget dégagé pour la seule rénovation de la Salle Bruno dans le 18e arrondissement (486.000€).

Il est à cet égard rappelé que deux projets localisés dans notre quartier « Cuisine Partagée et Solidaire Belleville 11 » et « Café et cuisine solidaire à Fontaine au roi » et regroupés dans ce projet global, sont toujours en attente de mise en œuvre.

2016 : Espaces de travail Publics (Budget total 2.300.000€).

Si selon les termes de la délibération 2018 DAE 181, 86 427 € devraient être dégagés pour une structure privée « Le Onzième Lieu » située dans notre quartier, il est fait observer que ce montant, qui correspond à 3,5% de l’enveloppe totale, reste deux fois inférieur à ce qui est attendu (164 220 €, soit 7% de 2.300.000€). Par ailleurs, rien ne permet à ce stade de garantir, ni même d’affirmer, que ce projet bénéficiera effectivement aux étudiants ou demandeurs d’emplois issus de notre quartier.

S’agissant des projets lauréats en 2017 :

De très vives inquiétudes s’expriment aujourd’hui sur les possibilités pour notre quartier d’émarger sur les lignes budgétaires correspondant aux projets parisiens lauréats en 2017 : « Coup de jeune pour les bibliothèques », « Quand le réemploi recrée de l’emploi », « Des instruments de musique pour les enfants », « Alimentation et cuisines en partage » et « Plus pour les écoles et collèges des quartiers populaires », pour un montant total de 15.500.000€.

Nous signalons à cet égard, que de nombreux projets déposés en 2018 dans notre quartier sont susceptibles d’être intégrés dans ceux qui ont été actés au niveau parisien en 2017, en particulier un projet de rénovation de nos écoles.

Compte tenu de  ces éléments :

Nous souhaitons rappeler que le périmètre des quartiers populaires ne s’arrête pas aux seuls 18e, 19e et 20e arrondissements, ni à la 17e circonscription législative de Paris. Dans notre quartier où une personne sur trois est immigrée, où selon l’APUR, le RSA concerne 14% de la population (contre 10% pour la moyenne des quartiers populaires) et qui regroupe 17% de la population de l’arrondissement, sur seulement 14% de sa superficie, se joue aussi l’égalité républicaine.

Nous demandons donc que des mesures immédiates soient prises pour que les marges disponibles sur le budget participatif 2016, en particulier pour la rénovation des commerces, soient mobilisées pour assurer au quartier de la Fontaine au roi, un soutien parisien conforme au poids qu’il représente dans la population des quartiers populaires.

Nous demandons également, comme l’a fait la Commission ad hoc du budget participatif du 11e arrondissement, que les projets PROP 002065 et  PROP 001344 « De belles écoles pour le quartier Fontaine au Roi » présentées pour un montant de 500.000 € ne soient pas soumis au vote en 2018 et imputés sur le BP d’arrondissement, mais qu’ils fassent l’objet d’un financement parisien dans le cadre du projet «  #ÉcoleDeRêve, Plus pour les écoles et collèges des quartiers populaires », lauréat en 2017 et doté de 3.500.000€.

Nous souhaitons également que dorénavant les Conseils de quartiers et Conseils citoyens soient associés au choix des projets sélectionnés par les jurys, dans le cadre du BP parisien alloué aux quartiers populaires et que ces instances de démocratie locale soient rendues systématiquement destinataires des appels à projet lancés dans ce cadre, afin qu’elles les relaient et favorisent l’émergence de propositions sur leurs territoires.

Nous serons, pour notre part, particulièrement attentifs à ce que notre quartier bénéficie d’un niveau d’investissement du BP parisien conforme à son poids, soit 5M€ en cumul pour la période 2016-2020 et ne manquerons pas rendre compte aux habitants de l’éviction dont notre quartier pourrait être victime, si celle-ci devait perdurer.

Nous vous prions d’agréer, Mesdames les adjointes à la Maire de Paris, l’expression de notre considération distinguée.

Copie : François Vauglin, Maire du 11e arrondissement”

pour télécharger le courrier cliquez ici

Découvrez le programme du premier Festival de la création contemporaine tunisienne à Belleville

Viv’ArT’unis est le premier Festival de la création contemporaine tunisienne à Paris. il se déroulera dans notre quartier du 10 au 16 septembre 2018 avec pour objectif de promouvoir les échanges artistiques internationaux et faire découvrir la création contemporaine tunisienne.

Au programme, 35 artistes, danseurs, musiciens, plasticiens, comédiens, cinéastes présentent leurs dernières œuvres au cœur du Grand Belleville pour y découvrir la Tunisie de manière inédite, loin des clichés, la Tunisie comme vous ne l’avez jamais vue.

PROGRAMME

Le 10 septembre est consacré aux rencontres acteurs / organisateurs.

Du 11 au 13 septembre 2018 / IESA Arts et Culture & Point Éphémère

Exposition Chimères Révélées IESA et Point Éphémère … Ce sont des œuvres qui interrogent, un parfait mélange de plasticité et d’émotion sélectionnées pour inviter à la contemplation, à la découverte de ces chimères révélées.

Mardi 11 septembre 2018

18H00 – Vernissage Galerie IESA Arts et Culture, 1 cité Griset, Paris 11e Performance de Mariem Ferchichi (danse)
Œuvres de : Boujemea Belaifa – Besma H’lel – Lilia El Golli – Meriam Ferchichi – Houda Ghorbel – Wadii Mhiri

Parcours itinérant à la rencontre de «Willis from Tunis», personnage aux chroniques grinçantes créé par Nadia Khiari, et autres performances artistiques le long du boulevard de Belleville et jusqu’au Point Éphémère

20H00 – Vernissage Point Éphémère, 200 Quai de Valmy, Paris 10e Performance de Rochdi Belgasmi (danse)
Œuvres de : Hela Lamine – Imed Jemaiel – Sonia Saïd – Wissem Ben Hassine

hela lamine

Mercredi 12 septembre 2018
14H00 – Workshop de danse – IESA Arts et Culture
Stage d’initiation à la danse populaire tunisienne avec Rochdi Belgasmi. Inscription : atelier.vivartunis1@gmail.com

19H00 – Fenêtre sur toile – Cinéma – IESA Arts et Culture
Projection d’une sélection de courts-métrages qui vont de l’animation au documentaire, en passant par la fiction.
Programmation Confiée a kaouther Hamri Ranim – film de Rim Nakhli – Bonbon – film de Abdelhamid Bouchnak – Cut Redayef – film de Alaedine Boutaleb – Apnée – film de Insaf Arafa – Nature sacrée – de Michella Bredahl
Entrée gratuite, dans la limite des places disponibles. Réservation : vivartunis@gmail.com

jazz oil

Jeudi 13 septembre 2018
14H00 – Workshop de danse – IESA Arts et Culture
Stage d’initiation à la danse populaire tunisienne avec Rochdi Belgasmi. Inscription : atelier.vivartunis1@gmail.com

18H00 – Débat : « Artistes tunisiens aujourd’hui » – IESA Arts et Culture Rencontre avec les artistes programmés en présence de Fadhel Jaïbi, di-recteur du Théâtre National Tunisien pour évoquer l’actualité des artistes en Tunisie. Modératrice : Rabiaa Tlili

21H00 – Concert du groupe JazzOil – Point Éphémère Viv’ArT’unis offre au public parisien la découverte d’un groupe à l’identité et à la couleur musicale inédite, JazzOil est une communion entre la chaleur de la musique traditionnelle arabe et la vibrance rebelle du jazz. Musiciens : Slim Abida – basse – Nidhal Jaoua – Quanun – Edison knight – Clavier – Maamoun Dehane – Batterie – Amir Mahla – Saxophone.   Pour réserver cliquer ici

Au Théâtre de Ménilmontant – Spectacles surtitrés en français

Vendredi 14 septembre 2018
18H30 – LA FUITE – de Hassen Mili -adaptation et mise en scène Ghazi Zaghbani /Théâtre
Un jeune ressortissant, extrémiste religieux s’échappe de la police dans les ruelles de la cité antique et se trouve dans l’obligation de se cacher dans la chambre d’une prostituée dans une maison close de la ville.
Il la supplie de l’aider malgré les contradictions entre ses pensées extrémistes et les idées libres de cette femme. La situation devient encore plus complexe avec l’entrée d’un client, qui l’oblige à se cacher sous le lit. Il ne peut alors rien faire qu’attendre…
Avec : Nadia Boussetta, Ghazi Zaghbani, Med Hucine Grayaa

21H – L’IVRESSE DES PROFONDEURS – Chorégraphie de Imen Smaoui /Théâtre National Tunisien/ Danse

L’acteur évolue, partir du point zéro, état d’absence de sens. Il fait son chemin, à travers des strates de la surface à la profondeur. Il évolue dans un état fragile, un entre-deux, des connexions s’établissent l’énergie circule entre les acteurs pour s’ouvrir, se surprendre dans un espace-limite. Dévoiler la réalité complexe. Plonger dans le silence. Le fil invisible. État de grâce…
Avec : Rahma Felah, Aymen Selliti, Talel Ayoub, Besma Baazaoui, Hiba Trabelsi, Emna Kouki, Sami Boudabra.

ivresse

Samedi 15 septembre 2018
16H – LA FUITE – de Hassen Mili – adaptation et mise en scène Ghazi Zaghbani /Théâtre

20H -DÈS QUE JE T’AI VU – de et mise en scène Salah Felah – Théâtre National Tunisien

La pièce traite, sous forme d’en-quête, des relations sentimentales et sexuelles à travers l’histoire d’un couple en crise. Elle tente de répondre à la question « L’amour est-il une illusion ?» en partant des célèbres vers du grand poète de langue arabe Al
Maari : « Quant à la certitude, elle n’existe pas / L’apogée de mes efforts se trouve / Dans l’intuition et les pres-sentiments »
Avec : Basma El Echi, Bechir Gharia-ni, Rahma Fellah, Aymen Selliti, Rami Zaatour, Talel Ayoub, Nidhal Shili, Besma Baazaoui et Hiba Trabelsi.

Dimanche 16 septembre 2018

16H – OULED JELLABA – Rochdi Belgasmi/ Danse
«Rochdi Belgasmi est une figure emblématique de la danse contemporaine tunisienne, sillonnant les scènes du monde avec ses créations artistiques engagées. Dans ‘‘Ouled Jellaba’’, Rochdi
Belgasmi nous plonge dans les années 20 avec un personnage populaire des quartiers de Bab El Jazira et Hal faouine. En fouillant dans la vie sociale et culturelle de cette époque, Rochdi Belgasmi établit certes un devoir de mémoire, mais se place aussi avec son personnage au cœur des grandes questions qui se posent aujourd’hui en Tunisie, à savoir la question du genre, la limite de la liberté du corps, le rapport flouté entre la masculinité et la féminité. » Kapitalis Fawz Ben Ali

Pour réserver vos places pour le théâtre de Ménilmontant cliquez ici

18H30 : Clôture du festival en présence des artistes

Commerces dans le quartier Belleville Saint-Maur : quoi de neuf ?

Voici les dernières nouvelles en termes de commerces dans le quartier Belleville Saint-Maur. N’hésitez pas à leur rendre visite et à nous signaler les inévitables oublis !  

Rue Oberkampf

Le Café Charbon et le bistrot l’Estaminet ont décidé d’apporter leur contribution à la valorisation du quartier, en végétalisant des potelets rue Oberkampf et Villa Gaudelet. On saluera l’initiative tant elle exigera persévérance et une attention constante, pour prévenir et réparer les actes de vandalisme dont sont malheureusement souvent l’objet les projets de végétalisation dans notre quartier. 

Canna Coffe shop, un café spécialisé dans la vente de produits alimentaires à base de cannabidiol (quiches, gâteaux, pain perdu, boissons) qui est une  molécule issue du cannabis, mais autorisée à la vente, avait ouvert au 118 rue Oberkampf. Son avenir est toutefois incertain, en raison de la mise en examen de ses gérants

Rue Moret

On signalera l’arrivée du restaurant TOUTOFU au 11 rue Moret spécialisé dans les plats à base de Tofou biologique produit en France. Vous y trouverez des délicieux plats à prix abordables et variés : nouilles, galettes, feuilletés et gâteaux. On recommande.

Rue Jean-Pierre Timbaud

Au 82, rue Jean Pierre Timbaud s’est ouvert tout récemment un nouveau bistrot, L’Engrenage du 11. Des plats simples à prix abordable (10€ le plat du jour), mais inventifs devraient vous y être proposés, ainsi que des bières de qualité et des cocktails.

La grande affaire du moment est la vente des murs de l’Autre Café, 62 rue Timbaud. Le promoteur avait pour idée d’y ériger un immeuble de plusieurs étages. Pour le moment, le permis de construire est refusé. On ignore ce que deviendra le lieu. On regrettera la disparition de ce café très agréable, où il faisait bon se retrouver ou travailler. 

Un caviste-épicerie fine devrait également ouvrir prochainement au 63 rue Jean-Pierre Timbaud dans ce secteur, qui est en pleine mutation commerciale, tirée par le développement de l’activité de Terroirs d’avenir.

Rue du Moulin Joly

Peut-être le début du réveil pour cette rue sinistrée d’un point de vue commercial, avec l’installation de la sympathique agence immobilière Les Indépendants au 6 rue du Moulin Joly.

Rue Faubourg du temple

Au 76 rue du Faubourg du Temple, un magasin d’optique, « Générale d’optique », est venu apporter un peu de diversité commerciale dans une rue qui en manque cruellement

Boulevard de Ménilmontant

Nous avions eu l’occasion de regretter la fermeture du café restaurant le Montagnard, au 132 boulevard Ménilmontant. Les locaux ont trouvé un repreneur. Une brasserie devrait y ouvrir très prochainement, après achèvement des travaux. On lui souhaite bonne chance.  

La Maison Omani, boutique spécialisée dans la décoration orientale, s’est installée il y a quelques mois au 68 boulevard de Ménilmontant. Vous y trouverez tout ce qu’il faut pour la maison (vaisselle, luminaires, coussins, tables basses…) pour donner à votre intérieur un air de riad marocain, dans une approche épurée et contemporaine.

Rue Etienne Dolet

Abdellah, le cordonnier de la rue Etienne Dolet devrait fermer, faute de repreneur. C’est triste.    

Rue Denoyez

Une boulangerie appelée Le Petit Grain, dont on doit dire qu’il s’agit probablement de la meilleure du quartier (avec celle de Benoît Castel, rue Jean-Pierre Timbaud), a ouvert il y a quelques mois au 7 rue Denoyez. Elle a été créée par le restaurant le Grand Bain situé au n°14. On vous y propose des pains (tous au levain), viennoiseries et quelques gâteaux, à base de farine biologique.

Un été de OUF à Belleville : découvrez le programme !

35517467_414919105691134_5530017641982328832_n

EN JUILLET :

Rue Robert Houdin :

  • Construction d’un cinéma ambulant :  ateliers du lundi 10 juillet au 19 juillet par la Petite Rockette.
  • Projection nocturne : jeudi 20 juillet (Square Jules Vernes) et le vendredi 21 juillet (placette Fontaine au Roi) de 19h à 23h.

« Viens construire un tout nouveau cinéma ambulant pour le quartier! Menuiserie, dessin d’affiches, sérigraphie et projections en plein-air.»

La Cyclette (6 rue des Goncourt) :

  • Ateliers montage et réparation de vélo : du mardi 25 juillet au vendredi 28 juillet de 15 à 18h et rando-vélo le 29 juillet samedi de 10h à 18h au départ de la Cycklette. Par la Cycklette « Choisis un vélo, apprend à le réparer et partons ensuite à l’aventure pour une journée de rando au bord de l’eau. Le vélo est à toi ! »

Espace Paris Jeunes Belleville (1-3 rue Louis Bonnet) :

  • Viens créer des bijoux uniques à partir de rien : du 25 au 28 juillet de 14h à 17h par Triton Théâtre – Culture 21 avec l’artiste « treize bis ».

La Manufacture Chanson (124 avenue de le république) :

  • La Fabrique à Chansons du 17 au 21 juillet de 13h à 18h par ACP La Manufacture Chanson. « Tu en as marre de chanter dans ta chambre ? Viens écrire, composer,chanter tes chansons sur une vraie scène, et repars avec un CD de tes créations ».

Rue Vaucouleurs :

  • Initiation danse hip-hop du 24 au 28 juillet de 17h à 19h par le collectif Move and Art. « Viens t’enjailler avec nous ! initiation, cypher, bock party ».
  • Uno, Dominos, Puissance 4, Who’s the Boss ? : les mercredi et vendredi du 3 au 12 juillet de 16h à 18h par l’Espace Paris Jeunes Belleville. « Pleins de jeux de société à découvrir et bonne ambiance ! ».
  • Street art (linogravure) : du lundi 17 juillet au vendredi 28 juillet de 17h30 à 19h30 par Ombre en lumière – le Local.

Rue Jules Verne :

  • Jeux de société en extérieur : du lundi au vendredi 13h -19h pendant tout le mois par la Ludothèque Nautilude (association d’Ici d’Ailleurs).

Square Jules Verne :

  • Repas partagé et cinéma en plein air : le samedi 8 juillet de 20h à 23h30 par la Cie Par Has’arts/Centre de la terre/Cinéma de papa et de maman. Projection du film Swing de Tony Gatlif.
  • Projection nocturne en plein air : le jeudi 20 juillet de 19h à 23h Par la Petite Rockette.
  • Animations scientifiques en plein air : les 10, 12, 17, 19, 21, 24, 26 et 28 juillet de 15h à 18h par Exploradôme. « Activités pour découvrir les sciences en s’amusant ».
  • Bibliothèque de rue : du lundi au vendredi 16h-19h pendant tout le mois par la Cie Par Has’arts.

Placette Marek Edelman / Fontaine-au-Roi :

  • Ludothèque en plein air : les 7, 21 et 28 juillet et le 4 août de 14h30 à 17h30 par le Picoulet et Strata’j’m.
  • Projection nocturne en plein air : le vendredi 21 juillet de 19h à 23h par la Petite Rockette.

Centre social Le Picoulet (59, rue de la Fontaine-au-Roi) :

  • M.A.O : crée ta musique ! : du 10 au 12 juillet de 11h à 16h (« apporte ton pic-nic ! ») par Exploradôme. « Envie de créer ta musique? Viens au stage de musique assistée par ordinateur pour créer tes propres morceaux et y intégrer tes paroles! ».
  • Message Codé ? : les 5 et 24 juillet de 11h à 16h (« apporte ton pic-nic ! ») par Exploradôme. « Viens découvrir le code en créant ton jeu vidéo et en programmant ton robot ! ».
  • Récup’ confection d’accessoires de mode les 18 et 25 juillet de 14h à17h par Débrouille Cie et le Picoulet.

Centre d’animation Victor Gelez (1-3 rue Victor Gelez) :

  • Message Codé ? : les 11 et 17 juillet de 11h à 16h (« apporte ton pic-nic ! ») par Exploradôme « Viens découvrir le code en créant ton jeu vidéo et en programmant ton robot ! ».

Maison des Metallos (94 rue Jean-Pierre Timbaud) :

  • Message Codé ? : les 19 et 21 juillet de 11h à 16h (« apporte ton pic-nic ! ») par Exploradôme. « Viens découvrir le code en créant ton jeu vidéo et en programmant ton robot ! ».

Gymnase Cour des Lions (9, rue Alphonse Baudin) :

  • Ateliers d’initiation à la danse Hip-Hop : du 6 au 31 juillet du lundi au vendredi de 16h à 19h par Paris Est Mouv’.

Base de loisirs du Port aux Cerises :

  • Sortie à la base de loisirs du Port aux Cerises et initiation aux percussions : les 11, 13 et 18 juillet par l’Esprit du Vent (départ à 9h devant la Maison des Métallos). Inscription obligatoire.

Base de loisirs de Tremblay :

  • Sorties à la base de loisirs du Tremblay. VVV Police, départ en car à 8h30 Place de la République/9h place Léon Blum : tous les jours sauf week-end et jours fériés.Inscription obligatoire.

Pour tout renseignement, n’hésite pas à appeler ou à te rendre aux points info relais !

EN AOUT

La Cyclette (6 rue des Goncourt) :

  • Ateliers participatifs de mécanique vélo : du mardi 8 au vendredi 11 août de 15 à 18h et rando-vélo le samedi 12 août de 10h à 18h par la Petite Rockette. « Choisis un vélo, apprend à le réparer et partons ensuite à l’aventure pour une journée de rando au bord de l’eau. Le vélo est à toi ! ».

Centre Social le Picoulet (59, rue de la Fontaine-au-Roi) :

  • Costumes et street-art : du lundi 31 juillet au vendredi 4 août de 14h à 17h par Triton Théâtre – Culture 21.

Square Jules Verne :

  • Contes et personnages à inventer : du 31 juillet au 18 août du lundi au vendredi de 15h à 20h par les Ateliers du Chaudron. « Viens jouer sur la scène du jardin ! Ateliers théâtre, création de masques, maquillages, marionnettes, histoires, spectacles ».
  • Animations scientifiques : du mardi 1er au vendredi 4 août de 14h30 à 18h30 par Les Petits Débrouillards. «Viens découvrir les sciences à travers des expériences ludiques ».
  • Percussions et contes : du lundi 7 au vendredi 11 août de 17h à 20h par L’esprit du Vent.

Rue Vaucouleurs :

  • Initiation danse hip-hop : du lundi 28 août au vendredi 1er septembre de 17h à 19h par le collectif Move and Art.
  • Jeux surdimensionnés : les 14, 16, 17 et 18 août de 16h à 20h par le collectif Move and Art.

LCR (20, rue robert houdin) :

  • Message Codé ? : les mardis 22 et 29 août de 11h à 16h par Exploradôme.

Rue Jules Verne :

  • Jeux de société en extérieur : du lundi au vendredi 13h-19h pendant tout le mois par la Ludothèque Nautilude (association d’Ici d’Ailleurs)

Base de loisirs de Tremblay :

  • Sorties à la base de loisirs du Tremblay. VVV Police, départ en car à 8h30 Place de la République/9h place Léon Blum :  tous les jours sauf week-end et jours fériés. Inscription obligatoire.
  • « Festival Hip Hope » : le samedi 2 septembre Par Move and Art. Finale du concours hip-hop des 11e, 18e, 19e et 20e arrondissements.

Rue Jules Verne :

  • Jeux de société en extérieur : tous les mercredis et samedis du mois par Ludothèque Nautilude (association d’Ici d’Ailleurs).

C’est parti pour le réaménagement de la rue de Vaucouleurs !

La rue de Vaucouleurs va faire l’objet d’un aménagement sur le tronçon compris entre les rues Orillon et Fontaine au roi. L’objectif est d’apaiser cette partie de la rue, de la végétaliser et de la colorer.

Une zone de rencontre sera créée. Elle impliquera la mise en place d’une surélévation de la chaussée de sorte que  chaussée et trottoirs soient uniquement séparés par 2cm de bordures.

La plantation de 5 arbres est également prévue sur un côté de la rue. Cela imposera un déplacement des conduites des réseaux Grdf et ENEDIS. Sur le côté opposé, en revanche rien de possible, une large part du trottoir appartenant à un bailleur social. La mairie ne peut donc pas intervenir sur ce côté de la rue.

Une enveloppe de 25.000€ devrait également permettre de réaliser des marquages au sol et rendre la rue plus joyeuse.

Si les possibilités d’aménagement sont limitées par la configuration de la rue, ce projet  gagnerait à être étoffé.  Le Conseil de quartier a proposé l’installation de jardinières et les riverains ont suggéré d’expérimenter des bancs publics. Une implication du bailleur social serait également dans l’ordre des choses. Après tout ses locataires seront les premiers bénéficiaires de ce réaménagement.

Cliquez sur l’image ci après pour accéder à la présentation du projet de la  Mairie du 11e arrondissement.

vignette vaucouleurs

Le Bailleur social Paris Habitat s’engage dans la lutte contre les incivilités

photo-session-formation-assermentation-paris-habitat-octobre-2017

photo-session-formation-assermentation-paris-habitat-octobre-2017

La tranquillité résidentielle des locataires est l’un des axes prioritaires de la politique de qualité de service menée par Paris Habitat. Afin de compléter les dispositifs de prévention et de sécurité déjà déployés sur son patrimoine, l’Office lance l’expérimentation de l’assermentation des collaborateurs sous le statut de « garde particulier assermenté ».

« Les objectifs de cette démarche sont de disposer d’un outil complémentaire pour mieux encadrer les actes d’incivilités mais également offrir une protection juridique aux collaborateurs. Cet agrément confère un pouvoir judiciaire permettant de dresser des rapports sur des infractions portant atteinte à la propriété dont le collaborateur a la garde : troubles de jouissance, atteintes aux biens et aux personnes », explique Emmanuelle Copin, directrice générale adjointe en charge de la proximité et de la qualité de service.

Pour bénéficier de cet agrément, une formation préalable de 12h, dispensée par un organisme agréé par l’État, est obligatoire. À ce titre, l’équipe du service tranquillité résidentielle et sécurité de la direction de la cohésion sociale, des chefs d’agence et des conseillers sûreté ont participé, du 16 au 18 octobre, aux toutes premières sessions. Les formations des gérants et des gardiens ayant répondu à l’appel à volontariat lancé en juillet 2017, se sont quant à elles déroulées du 20 novembre au 5 décembre.

Au total, plus de 100 collaborateurs de Paris Habitat seront formés et bénéficieront du statut de « garde particulier assermenté » pendant la phase d’expérimentation. Celle-ci devrait débuter au cours du premier trimestre 2018 après validation des agréments par la Préfecture.

Les rues Oberkampf et Saint-Maur complètement gangrenées par les tags

On a un peu de mal nous même à y croire. Un diagnostic a été réalisé par la Commission Cadre de vie et propreté du Conseil de quartier, dont il ressort que la quasi-totalité des immeubles donnant sur les rues Oberkampf et Saint-Maur est souillée par les tags. Ce qui est également notable c’est que ces tags se concentrent sur les portions de rue situées dans notre quartier. Ainsi, le début de la rue Oberkampf qui se situe dans le quartier République Saint-Ambroise est très “clean”.

Un lien semble ainsi pouvoir être établi avec la très forte concentration de bars dans ce secteur et leur fréquentation par la jeunesse souvent venue d’ailleurs et qui vient s y’ encanailler. il est par exemple assez intéressant d’observer que le boulevard de Belleville côté11e, pourtant très largement sinistré par ailleurs, est moins affecté par ces incivilités. Il en va également de même des secteurs plus résidentiels de notre quartier.

On comprend dès qu’il ne peut y avoir de solution durable aux problèmes de tags et plus largement de propreté sur le secteur Oberkamp Sant-Maur, sans mutation commerciale et baisse de la fréquentation. On exprimera ici toute notre solidarité pour les riverains concernés pour qui c’est la double peine. non seulement ils doivent supporter le bruit, mais aussi les souillures.

Cliquez sur l’image pour prendre connaissance du bilan en vidéo

Image de prévisualisation YouTube

Vous connaissez-vous bien le quartier Belleville Saint-Maur ? Alors tentez de gagner l’un des cadeaux made in Belleville !

000De quoi s’agit-il ?

Il s’agit d’un concours organisé par la Commission Cadre de vie du Conseil de quartier Belleville Saint-Maur, destiné à ses habitants et qui se déroule du 1er juin au 15 juillet 2018.

Le principe consiste à localiser les lieux figurant sur les photographies en inscrivant des noms des rues sur lesquelles ils se trouvent. Il n’est pas nécessaire de connaître le numéro de la voie. Le nom suffit. Lorsque le lieu est situé à l’intersection de deux voies, vous pouvez citer l’un ou l’autre de ces voies

Vous ne trouverez pas nécessairement tous les réponses du premier coup, alors n’hésitez pas à vous promener dans le quartier ou à jouer en famille ou entre voisins, vous trouverez certainement les réponses qui vous manquent !

Attribution des prix :

Le participant qui totalisera le plus grand nombre de bonne réponses se verra attribuer le prix de son choix, le second exercera son choix entre les prix restant à attribuer, et ainsi de suite jusqu’à attribution de la totalité des prix. Chaque participant sera informé de son score personnel, de son rang de classement et des réponses qui étaient attendues.

Les prix à gagner sont tous produit dans le quartier ou proposés par nos commerçants :

  • Un abonnement de 6 places de spectacle à la Maison des Métallos
  • Un couscous pour deux personnes au Restaurant K-Moon
  • Un bon d’achat de 20€ à utiliser à la librairie le Lieu Bleu
  • Un coffret de dégustation de cookies de chez Scoop Me a Cookie
  • Une sélection 6 bières artisanales Bap Bap

On vient d’ajouter également une sculpture de Marie Tucat, artiste du quartier !  La sculpture fait 25 cm environ.

Pour participer à ce concours et télécharger ici votre bulletin cliquez ici !

Réaménagement du boulevard de Belleville : les Conseils de quartier demandent une réunion d’urgence à Anne Hidalgo

CIMG_1469omme disait Martine Aubry, “quand c’est flou, y a un loup”. Depuis des mois, aucune information ne filtre sur le réaménagement du boulevard de Belleville, cette situation a conduit les acteurs locaux à demander à Anne Hidalgo l’organisation d’une réunion dans les plus brefs délais. Nous avions nous mêmes, émis un certain nombre de doutes sur les modifications de la circulation et leur impact sur les rues avoisinantes et relaté notre scepticisme sur ce projet, dont le financement est très nettement insuffisant.

Vous trouverez ci-après la teneur de ce courrier :

 

Madame la Maire de Paris,

Cela fait près d’un an que s’est tenue la dernière réunion publique concernant votre projet de réaménagement du boulevard de Belleville.

Nous apprenons que des travaux pourraient être lancés dans 6 mois, sans que les instances de démocratie locale et les habitants du quartier du Grand Belleville ne disposent d’éléments d’information précis sur ce projet, ainsi que sur son impact sur le quartier.

Nous rappelons à cet égard les Conseils de quartier sont co-porteurs du projet concernant le boulevard de Belleville, puisque, contrairement à d’autres projets de réaménagement parisiens, il a été nécessaire d’imputer une partie substantielle de son financement sur l’enveloppe des budgets participatifs alloués aux quartiers Belleville et Belleville Saint-Maur.

Compte tenu de ces éléments, nous avons donc l’honneur de demander l’organisation, sans délais, d’une réunion de travail associant les 4 Conseils de quartier concernés, ainsi que les collectifs de riverains.

Cette réunion aura notamment pour objet d’apporter aux instances et collectifs susmentionnés les éléments d’information concernant :

  • l’impact de l’évolution de la circulation sur les 4 arrondissements concernés et notamment, sur les rues Faubourg du temple et de Belleville ;
  • l’évolution du nombre de places de stationnement et la localisation des places de livraison;
  • la nature des matériaux utilisés notamment pour le revêtement des terre-pleins, trottoirs et voies de circulation ;
  • la prise en compte de la biodiversité ;
  • l’évolution du nombre d’arbres et les essences choisies ;
  • les modalités d’aménagement des extrémités des terre-pleins centraux ;
  • le choix du mobilier urbain ;
  • la localisation et le nombre des assises ;
  • les aménagements prévus pour valoriser le vaste espace situés entre les rues Couronnes et Pali Kao ;
  • l’aménagement du carrefour de Belleville côté Faubourg du temple, conformément à l’engagement pris par le Maire du 11e arrondissement ;
  • l’aménagement du terre-plein des Maronites ;
  • l’évolution de l’éclairage et le choix du type de réverbère ;
  • les mesures prises pour assurer la régulation des usages et limiter les nuisances, postérieurement au réaménagement du boulevard ;
  • le calendrier précis des travaux.

Nous vous informons par ailleurs que, compte tenu des enjeux particulièrement importants que représente ce projet et ses conséquences possibles pour la place des femmes dans l’espace public, nous allons saisir l’association « Genre et Ville », d’une demande d’avis.

Nous vous remercions de l’attention portée à notre demande et vous serions reconnaissants de bien vouloir nous communiquer la date qui pourra être envisagée pour l’organisation de cette réunion.

Nous vous prions d’agréer, Madame la Maire de Paris, l’expression de notre considération distinguée.

Conseil de quartier Belleville Saint-Maur – Commission Cadre de vie

Conseil de quartier Faubourg du Temple Hôpital Saint-Louis

Collectif Belleville Maronites

Téléchargez le courrier ici

 

Belleville plus durable revient pour une nouvelle édition le mercredi 23 mai de 14h à 17h30 !

32936918_1733904786692238_2805899338453090304_nBelleville plus durable revient pour une nouvelle édition le mercredi 23 mai de 14h à 17h30 !

Propreté, réduction des déchets et lutte contre le gaspillage feront l’objet de nombreuses animations sur le boulevard de Belleville, en partenariat avec les mairies des 10e, 19e et 20e arrondissements.

Rendez-vous sur le terre-plein central du boulevard de Belleville, au niveau de la station de métro Belleville.

Découvrez le programme du festival Onze Bouge du 30 mai au 4 juin 2018

Découvrez le programme du Festival Onze bouge !

Billets disponibles à partir du mardi 22 mai ici – 2€ de frais de billetterie – ou bien à retirer au Kiosque 11 à partir du mercredi 23 mai. Cliquez ici pour réserver : ici

Hors-Piste -Le Rire Médecin

Soirée d’inauguration

Hors-piste

Quelques histoires simples diffractées en courtes scènes, tantôt cocasses, tantôt émouvantes. Quelques histoires fortes qui se croisent avec humour et tendresse. Un kaléidoscope dont les images disent le désir et la révolte des enfants, l’injustice de la maladie. Mais aussi le refus de la résignation, l’éclat de la vie.

Depuis 25 ans, l’association Le Rire Médecin intègre des clowns professionnels et rémunérés dans les services pédiatriques de 15 hôpitaux français : deux fois par semaine, plus de 100 comédiens offrent aux enfants de précieux moments de joie et de rêve. Ce spectacle vise à essentialiser cette expérience singulière. Tous les personnages et situations ont une ressemblance avec des situations et des personnages existants ou ayant existé ! Ce sont des histoires de métamorphoses, des histoires qui véhiculent un espoir fondamental, une conviction : la vie avant tout !

Quelques histoires simples diffractées en courtes scènes, tantôt cocasses, tantôt émouvantes. Quelques histoires fortes qui se croisent avec humour et tendresse. Un kaléidoscope dont les images disent le désir et la révolte des enfants, l’injustice de la maladie. Mais aussi le refus de la résignation, l’éclat de la vie.

Le miracle de cette pièce est de réussir à rendre compte de la délicatesse de ce travail de dentelle dans une pièce de part en part théâtrale.

Date : Mardi 29 mai à 19h45 (ouverture des portes à 18h30)

Lieu : Le Bataclan (GRATUIT) – 50 boulevard Voltaire – 75011 Paris

La 6e heure du jour -Courir les rues

Sieste collective et musicale

P8

Et si on pouvait savourer de la chanson française tout en faisant du bien à son corps, tout en le mettant au repos pour qu’il se régénère ? La 6e heure du jour propose une aventure musicale autour de la sieste. Un moment de déconnexion totale : on coupe le wi-fi, on coupe les amplis et on recharge les batteries. Après les concerts à dormir debout, voici enfin « un concert où l’on peut dormir sans culpabiliser ».

Date : Mercredi 30 mai à 12h et 13h30

Lieu : Jardin de la Folie Titon – 28 rue Chanzy – 75011 Paris

Maria Dolores y Habibi Starlight – Récit musical et ubuesque

Maria Dolores

C’est l’épopée musicale et orientale de Maria Dolores à travers le pourtour méditerranéen… Ou plutôt sa fuite désespérée : un délire mythomane qui fait passer Don Quichotte pour un petit joueur. Au son du oud, des percussions et du piano, elle interprète reprises rares et compositions originales. Avec ce répertoire plus imbibé qu’un loukoum, hymne au soleil brûlant, au charme viril du bédouin, au narguilé et aux cochons… fennecs pardon, l’excentrique Diva nous emmène en un périple savoureux autour de la Méditerranée, de Marseille à Alger, du Sahara à l’Égypte, de la Palestine à la Turquie… Pour cette traversée du désert, elle s’accompagne d’une formation arabe à la hauteur de son talent : HABIBI STARLIGHT

Date : Mercredi 30 mai à 20h30

Lieu : Salle Olympe de Gouges -15 rue Merlin – 75011 Paris

Djihad d’Ismaël Saidi -Odyssée tragi-comique

Djihad

Le parti pris est risqué : il s’agit là, pour Ismaël Saidi de traiter d’un sujet qui effraie voire terrorise le grand public. En effet, la pièce Djihad donne un visage à ces jeunes qui rejoignent les rangs en Syrie, persuadés de faire partie des élus qui sauveront l’Islam et ses frères. C’est l’histoire de Reda, Ismaël et Ben, trois « musulmans d’ici », qui s’embarquent dans ce qu’ils croient être leur meilleur moyen d’exister et qui finissent par faire face à une réalité violente et obscurantiste bien loin de l’idylle valeureuse qu’ils s’étaient imaginés. Malgré le sujet terrible qui est ici traité, il s’agit avant tout de tourner en dérision le dogmatisme, la victimisation des arabes, le racisme ordinaire qui règne dans les banlieues.
Elle fait rire des clichés de toutes les religions et lève le silence sur ce qui est devenu tabou : la peur de l’autre et ce qu’elle déclenche. La pièce d’Ismaël Saidi est reconnue d’utilité publique en Belgique et d’intérêt pédagogique en France.

Débat animé par l’équipe du spectacle à l’issue de la représentation.

Date : Mercredi 30 mai à 20h30

Lieu : Théâtre Déjazet –  41 boulevard du Temple – 75003 Paris

Alone -Loane

Electro-pop

Loane

Habillées de beats minimalistes, de mélodies imparables et de sons mélancoliques, les chansons organiques et scintillantes de Loane racontent les voyages intérieurs et fragiles d’une artiste sincère ayant trouvé l’inspiration entre Paris, New York et Chicago. Suis-je bien normale ? chante-t-elle, inspirée de ses états d’âme. Pianiste solaire et solitaire, entourée de son double imaginaire, Loane nous ouvre son laboratoire, bercée et guidée par son goût pour les machines et la musique à fleur de peau, affirmant sa personnalité et sa différence.

Date : Mercredi 30 mai à 21h

Lieu : La Générale 14 avenue Parmentier – 75011 Paris

La Cour des Contes -Contes

La cour des contes

« Sortir le conte des placards de l’enfance », tel est le pari de La Cour des Contes, collectif de jeunes conteurs à la langue bien pendue. Dans la rue, le métro, les théâtres ou encore les musées, la Cour participe depuis 2013 du bout des lèvres au « réenchantement » du monde en faisant entrer par effraction, le conte dans notre quotidien.

À la tombée du jour, confortablement installés sur les coussins entre chien et loup, les conteurs vous entraînent à leur suite dans un voyage sur les ailes de l’imaginaire.

Date : Jeudi 31 mai à 20h30

A partir de 11 ans

Lieu : Cour de la mairie du 11e 12 place Léon Blum – 75011 Paris

Roméo et Juliette, Distorsion -Compagnie 25- Danse-Théâtre

Distortion1

Enfermé dans sa chambre d’adolescent, Hugo découvre un livre, Roméo et Juliette, dans une boîte à souvenirs. Alors qu’il se lance dans la lecture du texte de Shakespeare, des sons envahissent sa chambre et sa tête, des personnages apparaissent, des corps déambulent, s’agitent, se percutent, dansent parfois. Au rythme de la musique et de la pièce, Hugo devient Roméo. L’histoire d’amour tragique de Shakespeare fait écho à sa vie et lui sert d’exutoire pour projeter ses joies, ses peines et ses angoisses. Un spectacle musical, sans paroles, à mi-chemin entre le théâtre et l’expression corporelle qui nous offre un éclairage original de la fameuse pièce de Shakespeare.

Date : Jeudi 31 mai à 20h30

À partir de 12 ans

Lieu : Salle Olympe de Gouges – 15 rue Merlin – 75011 Paris

Petites pépites de la chanson en devenir – La Manufacture Chanson

Scène Ouverte

La manufacture chanson

La Manufacture Chanson est une société coopérative d’artistes au service des artistes de la chanson. C’est un lieu où les artistes se rencontrent, s’exercent, cultivent leur créativité, partagent leur passion et leurs savoirs. Un lieu qui leur laisse le temps d’essayer, de se tromper et de chercher au plus profond d’eux-mêmes leurs mots justes, leurs propres notes, leur propre expression… 

Date : Jeudi 31 mai à 20h30

Lieu : La Manufacture Chanson – 124 avenue de la République – 75011 Paris

50 -Les Fils de Zouave

Récit de vie à deux voix

50

Deux jeunes migrants sans papiers sont convoqués à la préfecture de police pour récupérer leur récépissé de demande de régularisation. L’attente dans ce couloir du temps est longue. Les deux jeunes majeurs en profitent pour exhumer de leur mémoire quelques souvenirs d’ici et d’ailleurs. Ils se racontent entre rêves et espoirs, et nous offrent un grand moment d’humanité et démontrent que les fins ne sont pas toujours celles qu’on attend.

Ce spectacle est né de la rencontre entre Kamel Zouaoui, conteur et comédien, avec Mohamed et Siriki, deux jeunes migrants Malien et Ivoirien, aujourd’hui lycéens qui préparent un bac professionnel à Paris. De fil en aiguille, ce qui n’était au départ qu’un simple travail de mise en forme de quelques témoignages se transforme en un véritable spectacle qui les raconte, avec humour, finesse et pudeur.

Date : Vendredi 1e juin à 14h30 (scolaire) et 19h15 (tout public)

A partir de 7 ans

Lieu : Théâtre de Belleville – 94 rue du Faubourg du Temple – 75011 Paris

Clair Obscur -Compagnie Les Chemins de Travers

Cirque et geste

Cie Chemin de Travers

Imprévisible, poétique et sensible, ce spectacle est comme la vie. Il aborde les thèmes de la solitude et des difficultés de communication à travers l’histoire d’un homme qui s’est retrouvé seul, parce qu’il n’arrivait pas à être avec les autres. Et quand il s’est retrouvé seul, il a dû s’inventer les autres, parce qu’il n’était plus capable d’être seul.
C’est comme ça que le rideau s’ouvre. L’autre c’est elle, elle surgit sans prévenir et bouscule sa vie figée. Elle est tenace, intrépide, vivante et compte bien l’aider, quoi qu’il arrive, à surmonter ses peurs.
Jongleries intrépides, contorsions et effets radiophoniques seront au centre de leur rencontre, pour le meilleur et pour le pire…

Date : Vendredi 1e juin à 20h

Lieu : Salle Olympe de Gouges – 15 rue Merlin – 75011 Paris

1336 – (Parole de Fralibs)

Une aventure sociale racontée par Philippe Durand

1336

Derrière « 1336 » se cache un décompte de jours de lutte, ceux passés de la fermeture de l’usine Fralib jusqu’à la fin du conflit entre Unilever et les ouvriers du groupe, fabriquant les thés Lipton et Éléphant. 1336 est aussi aujourd’hui la nouvelle marque des thés produits par la SCOP qu’ils ont créée en 2015. 1336 (parole de Fralibs) raconte ce combat de David et Goliath modernes. Après Paroles de Stéphanois, Philippe Durand prête sa voix à ces hommes et femmes qui, attachés à leur travail et refusant la fatalité, ont fait plier le géant économique. Le comédien donne corps aux rencontres qu’il a faites, aux interviews qu’il a menées auprès des Fralibs dans leur usine, à Gémenos près de Marseille, en gardant leurs paroles intactes.

Date : Vendredi 1e juin à 21h15

Lieu : Théâtre de Belleville -94 rue du Faubourg du Temple – 75011 Paris

 Back to Bach – Concert suivi d’un duo hip-hop

Danse et musique

Back to Bach

Le son d’un violoncelle seul  est déjà très beau, deux violoncelles encore mieux sonneront. Si l’on  ajoute un troisième, on est presque dans le rêve, quant à l’arrivée du quatrième, c’est le bouquet !Enfin, lorsqu’on s’accorde en quatuor pour réunir les voix que l’on dit proches de l’Homme, on parvient au firmament de la beauté sonore et on réussit alors le voyage dans le temps musical intersidéral.

Elèves et professeurs devenus un grand violoncelle à seize cordes, présent pour vous donner l’envie d’en jouer…

Du’Elles
Compagnie Hors PairE

Les deux femmes construisent autour de ce qu’elles forment ensemble, une paire. Elles se nourrissent de leurs parcours personnels, socio-professionnels et utilisent le langage de la danse hip-hop parmi d’autres influences. Est développé le thème de la dualité dans ses enjeux autant identitaires que relationnels, et questionné la difficulté nécessaire d’être soi, d’être deux, d’être avec l’autre.

Date : Vendredi 1er juin à 21h30

Lieu : Cour de la Mairie du 11e – 12 place Léon Blum – 75011 Paris

Billet d’humeur – Pop vocale & Electro

billet_dhumeur_fiche2

Il y a des gens qui semblent prendre un malin plaisir à remettre en question l’ordre établi. A sortir des rails. C’est le cas de ce quatuor de composition inédite : BILLET D’HUMEUR. Un projet ovni, tant sur le fond que la forme. Le fond déjà : une pop vocale dont les instrumentales reposent sur une base de beatbox et de voix « électronisées ». La forme : 3 chanteurs et 1 DJ électro, fans de mode, de Kanye West, Michael Jackson, Frank Ocean et Stromae… 3 potes qui dansent et chantent l’amour à sens unique, le rejet, le racisme, la violence dans le couple, la maladie… dans des textes à double sens, sur des mélodies groovy aux paroles profondes. Une pop en français teintée de rythmiques hip hop et tribales taillées assurément pour la scène et les festivals. Un projet jeune, frais et singulier qui amène un souffle nouveau à une musique populaire ordinaire trop souvent dénuée de caractère.

Date : Samedi 2 juin à 20h30

Lieu : Cour de la mairie du 11e – 12 place Léon Blum – 75011 Paris

En première partie

ORÉ

Elle décrit sa musique comme de l’électro pop chanson francophone pleine d’amour et d’emphase. Artiste polymorphe ou brouilleuse de cartes, hybride ou touche à tout, Oré joue avec les mots et les sonorités dans un télescopage mutin et mordant de flow old school et de productions digitales acidulées.

Trois en une, IAM, Camille et Odezenne ont trouvé leur héritière.

Date : Samedi 2 juin à 20h30

Lieu : Cour de la mairie du 11e – 12 place Léon Blum – 75011 Paris

Dansorama

Danse contemporaine

Dansorama

Pour cette 22e édition, le festival Onze Bouge organise son 4e DANSORAMA, en partenariat avec Mouvement Contemporain.

Ingrid Bizaguet et Frédéric Lescure ont orchestré ce panorama de danses originales, sans fard, sans étiquette, portées par des interprètes remarquables. Pour un public curieux de découvrir ce qui se danse aujourd’hui.

Une soirée de 5 pièces courtes, soigneusement agencées. Contemporaines, actuelles, accessibles, inventives ou désopilantes. La danse s’adresse à tous, avec cette année comme fil rouge, la parole, le dit, le tu, le dis-tu ? Et vous ?

Date : Samedi 21 juin à 18h et 20h30

Lieu : Salle Olympe de Gouges – 15 rue Merlin – 75011 Paris

R E S T E R
Compagnie Présomptions de Présences
22 minutes

R E S T E R est un pari intime, celui d’user de tous nos langages intérieurs pour dire l’indicible, danser le silence, entourer une solitude.

Réponse sensible au vide, à soi, à cette immensité que nous sommes, infiniment petit, ici. Déserts blancs et écrivains nordiques comme seuls compagnons de route.

Périnée mon amour
Ingrid Bizaguet
10 minutes

Périnée mon amour est une conférence dansée, drôle, légère et profonde. Deux conférencières, exploratrices et chercheuses, y tournent autour du pot et s’aventurent dans le fascinant et mystérieux labyrinthe de nos cavernes intérieures. 

Le Marin Perdu
Compagnie Les choses qui font boom
13 minutes

« Si un homme a perdu un œil ou une jambe, il sait qu’il a perdu un œil ou une jambe ; mais, s’il perd le soi – s’il s’est perdu lui-même -, il ne peut le savoir, parce qu’il n’y a plus personne pour le savoir ».

L’homme qui prenait sa femme pour un chapeau, Olivier Sacks.

Skin off
Compagnie The Burning House
15 minutes

Skin Off est un solo dans lequel le mouvement est provoqué par l’incapacité à prendre la parole.

Toute la gestuelle causée par cet échec et la persévérance pour y parvenir deviennent alors plus éloquents que les mots eux-mêmes. Ce solo se situe au carrefour entre la danse contemporaine aux influences hip-hop et le théâtre.

Le Testament d’Amélia
Compagnie Quai 6
11 minutes

C’est une immersion brève dans la vie d’une femme névrosée. Un voyage qui nous révèle les sources de ses déviances et mettent en lumière une lutte incessante contre son propre inconscient.

Le délirium du papillon -Typhus Bronx

Clown caustique

Typhus Bronx

Il existe une chambre blanche.

À l’intérieur de cette chambre, il y a Typhus et ses fantômes.

À l’intérieur de Typhus, il y a un papillon qui ne demande qu’à sortir.

Êtes-vous prêts à le voir s’envoler ?

Une immersion burlesque et grinçante dans les arcanes de la folie, à la rencontre d’émotions brutes.

Date : Samedi 2 juin à 16h

Lieu : Stade Thiéré – 13 passage Thiéré – 75011 Paris

Évidences inconnues -Compagnie Rode Boom

Incroyable mentalisme

Evidences Inconnues

Comment deux personnes, loin l’une de l’autre, peuvent-elles vivre la même expérience ? Sur scène, deux virtuoses – le mentaliste Kurt Demey et le contrebassiste Joris Vanvinckenroye – jouent avec notre raison et nos sens.
De surprise en surprise, nos certitudes se retrouvent chamboulées. La réalité est-elle vraiment telle que nous la percevons ? Cris de stupeur et décrochements de mâchoire garantis !

Date : Samedi 2 juin à 18h

A partir de 12 ans

Lieu : Stade Thiéré – 13 passage Thiéré – 75011 Paris

Le Parlement -Théâtre de l’Unité

Parlement rêvé

Theatre de l'unite

On peut toujours critiquer, mais si un jour, nous nous mettions à la place des députés aurions-nous des propositions à faire ? Une expérience de démocratie directe, théâtralisée et mise en musique par Fantazio. Un parlement comme on en rêve, avec de la musique, de la poésie, de la drôlerie. Chaque loi proposée sera débattue puis mise au vote. Les lois votées sont envoyées au premier Ministre qui ne manque jamais de répondre. Vous avez le droit d’être surréaliste, rêveur, réaliste, rebelle, personnel, c’est aussi vous qui jouez.

Date : Dimanche 3 juin à 16h

Sans billetterie

Lieu : À hauteur du 128 boulevard Voltaire 75011 Paris

La Grande Phrase

Compagnie Didier Théron

Spectacle déambulatoire rebondissant

Cie Didier théron

Dans des corps enveloppés de latex aux couleurs chatoyantes, gonflés et déformés, quatre danseurs investissent les rues de la ville pour s’emparer du monde et venir à votre rencontre. A travers ces étranges et fragiles personnages, la Compagnie Didier Théron brise les stéréotypes autour de l’image du corps athlétique affichée dans notre quotidien, et vous invite à voir le monde autrement, avec humour !

Date : Samedi 2 juin à 18h

À partir de 12 ans

Lieu : Stade Thiéré 13 passage Thiéré – 75011 Paris

Te Tairas Tu ?Compagnie Sospeso

Récit dansé

Sospeso

Te Tairas Tu ? est le récit de trois personnages qui cherchent à libérer leur langage, à exprimer par le corps, le son et la voix ce qu’ils ont à dire. Cette nouvelle création est pensée comme un parcours ; celui de la tentative, du combat, de la lutte de trois personnages vers la libération de la parole. Souvent détourné de sa fonction initiale à cause des autres, des règles imposées ou de nos propres conflits intérieurs, le langage a du mal à trouver son authenticité. À toute vitesse et de toutes les couleurs, avec humour ou mélancolie, avec des corps et des instruments, du son et de la voix, c’est l’émotion des corps sur scène qui va rayonner et les rendre plus forts. À partir d’un poème d’Aragon, une danseuse, une comédienne et un musicien se retrouvent et partagent cette histoire…

Date : Dimanche 3 juin à 18h

Lieu : Salle Olympe de Gouges – 15 rue Merlin – 75011 Paris

Sisters – Compagnie Paname Pilotis

Lecture

 Sisters

Marie et Sara sont deux jeunes femmes qu’on pourrait croire à l’opposé l’une de l’autre. Marie, d’origine espagnole et guinéenne, est une grande sensible, toujours dans l’introspection. Sara, quant à elle, est impulsive. Et pourtant, tout relie ces deux femmes aux antipodes. Chacune est amenée à mettre de l’ordre dans le terrain houleux de son histoire. Deux comédiennes, deux femmes, deux cœurs. Deux sœurs ? Un témoignage théâtral universel qui permet à chacun de revisiter son histoire.

Date : Lundi 4 juin à 19h30

À partir de 14 ans

Lieu : La Maison des métallos – 94 rue Jean-Pierre Timbaud – 75011 Paris

Soirée Rétroviseur… à fond la caisse !

Musique

Soirée Réservoir

Depuis 12 ans, le Festival GénéraSon Réservoir réunit artistes, groupes, organisateurs, programmateurs et professionnels de la musique avec pour seul credo : découvrir les talents de demain. Zaz, Gordon Sanchez, Eddy La Gooyatsh, Hangar, Flavia Coelho et Emily Pello… sont passés par là.

Cette année est l’occasion de faire une pause et de regarder en arrière et en avant à la fois…! En partenariat avec le festival Onze Bouge, GénéraSon Réservoir convie des artistes des éditions passées qui, de découvertes, sont devenus artistes confirmés et reconnus. Une soirée qui mettra à l’honneur trois groupes aux univers très différents.

Date : Lundi 4 juin à 20h

Lieu : Le Réservoir – 16 rue de la Forge Royale – 75011 Paris

David Assaraf – Chanson Française

David Assaraf est auteur-compositeur-interprète, mais également comédien et metteur en scène. Il a, entre autres, écrit, composé ou collaboré avec Sylvie Vartan, Arthur H, Keren Ann, Carmen Maria Vega, Matthieu Chedid…

En janvier dernier, il a sorti son premier titre « Juré craché sur vos tombes » extrait de l’EP réalisé avec Ian Caple (Bashung, Tricky, Tindersticks) qui sortira le 25 mai prochain.

En live, il est accompagné de Fanny Castaing au violon. Tous les deux nous embarquent dans un univers poétique où les douces mélodies rencontrent les beaux textes.

Edgär
Pop

Tout à la fois personnalité unique et multiple, Edgär nous fait découvrir ses états d’âmes pop. Naviguant d’harmonies vocales en mélodies entêtantes, le binôme éclipse les soi, et seule reste la justesse d’interprétation des textes intimes, marqueur de la complicité qui unit les deux amiénois.

Artisans du folk ciselé à l’électro, le duo se faufile dans une uchronie où Simon and Garfunkel, après avoir découvert la BO de Drive, auraient sorti leur 1er album aujourd’hui.

Persona, projet autoproduit, rassemble tout à la fois l’enthousiasme et la fraîcheur caractéristiques d’un premier EP. Ballade affirmée, le single Two Trees s’offre un clip bouleversant, oscillant délicieusement entre onirisme et amour universel.

Billet d’Humeur – Pop Vocale

Billet d’Humeur est un groupe de french pop (pop française et touches d’électro). Sa particularité ? Proposer une musique 100% vocale, ils utilisent les voix comme instrumentale et le beatbox comme rythmique.

Leur live tourne autour du concept de L’Humeurshow, un show dynamique fait de chant et de danse (à la manière des performers anglo-saxons).

Ils se dépensent beaucoup sur scène aussi bien physiquement que dans l’interprétation, et communiquent leur énergie au public. Leurs mots-clés : générosité, partage et bonne humeur.

Le Grand Show Time -Humour et improvisation

Grand Show Time

Cocktail molotov composé à 100 % d’impro et 200 % d’humour, Le Grand Show Time est un concentré explosif de bonne humeur qui va te secouer comme dans un grand huit et réchauffer ton p’tit coeur ! Les comédiens s’autoriseront toutes les folies pour faire de ce spectacle un véritable tsunami de rire : sketchs étonnants, détournements hilarants, chansons décalées, raps qui déboitent… Ils devront rivaliser d’originalité et d’humour pour donner vie aux idées soufflées par le public, même les plus dingues ! Des limites ? Ils n’en ont pas… à part celle des 60 inoubliables minutes qu’ils vous feront vivre ! Un chaos jouissif en totale communion avec le public.

Date : Lundi 4 juin à 20h30

Lieu : Le Palais des Glaces – 37 rue du Faubourg du Temple – 75010 Paris

Commerces : le très religieux Mokhtar Bayouli, nouveau maître du boulevard de Belleville.

Les évolutions commerciales dans notre quartier illustrent une fracture de plus en plus préoccupante entre le nord et le sud. Si dans le Nord, la diversité commerciale n’est plus qu’un lointain souvenir, dans le sud la montée en gamme s’accélère.

Le très religieux Mokhtar Bayouli, nouveau maître du boulevard de Belleville.

Mokhtar Bayouli continue d’avancer méthodiquement ses pions sur le boulevard côté 11e entre Couronne et Ménilmontant. Après la création d’une sandwicherie tunisienne au n°17 et celle d’un restaurant tunisien au n°19, il s’apprête à ouvrir au 9 bis du boulevard, une superette Hallal, et vient de faire l’acquisition d’un second local au n°19. Ces acquisitions, menées à un rythme record, interviennent dans un contexte de tensions de plus en plus vives avec les riverains et les cyclistes.

photo 1

Trottoirs privatisés et voie vélo occupée, Moktard Bayouli est en train de transformer se secteur du boulevard en zone de non droit pour les usagers de l’espace public.

La liste des griefs à l’égard  de ce commerçant ne cesse en effet de s’allonger. Après des problèmes d’hygiène, qui ont donné lieu l’an dernier à une intervention des pouvoir publics, un contentieux est en train de se développer avec les copropriétés dans lesquelles l’intéressé a installé ses commerces. Mokhtar Bayouli est d’ailleurs convoqué au Tribunal de grande instance dans les prochains jours, en raison des nuisances olfactives générées par sa sandwicherie. Une procédure devrait également être lancée au n°9BIS, la devanture ayant été modifée sans l’accord de la copropriété.

23376314_502698983438700_7158811918750805424_n

Occupation du trottoir et de la voie cyclable

IMG_1469

Les poubelles installées directement sur la voie de circulation

Devant ses commerces, l’espace public –qui n’en avait pas besoin-  est également en train de se détériorer : occupation des trottoirs et de la voie cyclable par la clientèle. Faute de potelets, la voie vélo et le trottoir sont très fréquemment occupées par les voitures des clients, notamment par des VTC. Le terre-plein central est jonché de cannettes et papiers gras. Les poubelles, qui débordent, sont quotidiennement installées sur la voie de circulation, avec les risques que cela représente pour les cyclistes et les automobilistes. Dernier désagrément, le développement de la mendicité. Outre les Roms, trois femmes voilées, accompagnées de poussettes, ne cessent de réclamer de l’argent aux passants et clients et profitent à plein du regain communautariste qui gagne ce secteur du 11e arrondissement.

Les uns après les autres, les rares commerces diversifiés quittent le Nord du quartier.

Comment s’étonner dans ces conditions du départ du seul magasin de linge de maison du quartier qui était au n°13 et qui a décidé d’aller s’installer plus loin dans le 20e arrondissement, laissant son local vacant. La question risque également de se poser avec le restaurant marocain K-Moon, dont la visibilité souffre de la présence constante des clients de Mokhtar Bayouli devant la devanture.

Ce n’est malheureusement pas le seul départ dans ce secteur du quartier . Le disquaire « International records » a quitté la rue Moret pour s’installer rue Jean-Pierre Timbaud et le restaurant thaïlandais rue de l’Orillon a, lui aussi, fermé ses portes. Le Primeur « Les jardins de Belleville » situé sur le boulevard, a également fermé, tout comme les établissements Safraoui, spécialisés dans les arts de la table, qui ont laissé leur place à la boucherie Hallal 2M, qui s’est déplacée et agrandie. Une nouvelle boucherie Hallal, la 6ème  sur le boulevard,  a également pris la place d’une épicerie côté 20e.

Si le boulevard de Belleville côté 11e s’enfonce dans la monoactivité communautaire, la rue Jean-Pierre Timbaud reprend vie dans sa portion comprise entre les rues Saint-Maur et Morand. Rappel des dernières évolutions :

TAepicerieTimbaud_storefront-300x220

Aujourd’hui on peut trouver de bons produits rue Jean-Pierre Timbaud

Au n°71, la boucherie Hallal est devenue une poissonnerie. Au n° la pizzeria Hallal est devenue un restaurant de streetfood méditerranéen. Le salon de thé oriental est devenu, on le sait,  un bar branché la Surferie. Au n°80, la droguerie-bazar a laissé place un restaurant Coffee shop « The Hood ». Au n°82 le restaurant l’Oga a laissé place à un bar mexicain, La Dona. Au n° 84, la pâtisserie orientale la bague de kenza, qui avait déserté le secteur, a été remplacée par un vendeur de fruits et légumes. Le Magasin de Télés « Fez » dont le bail était à céder a également été repris pour être transformé. Au n°86, Adagio piano est devenu WHOLE, un studio de création  et de production textile spécialisé dans les teintures végétales. Au n° 90, la Librairie islamique « Le monde du livre » a été remplacé par une boutique de mobilier industriel et de décoration.

“Enjardinez-vous” du mercredi 21 au dimanche 25 mars !

enjardinez vous

Information de la Mairie du 11e :

Rendez-vous incontournable pour celles et ceux qui souhaitent développer toujours plus la place de la nature en ville, les journées Enjardinez-vous reviennent en 2018 avec la Mairie du 11e !

Les temps forts

MERCREDI 21 MARS

  • 15H-17H / BALADE : À la découverte des plantes sauvages dans la rue
  • 15H-18H / TROC DE GRAINES
  • 15H-18H / BIBLIOTHÈQUE DE RUE
  • 16H-18H / ATELIER JARDINAGE

JEUDI 22 MARS

  • 14H / VISITE DU CHANTIER DU JARDIN TRUILLOT : Sur réservation par mail à comm11@paris.fr
  • 19H / TABLE-RONDE : Tous au compost

VENDREDI 23 MARS

  • 14H-17H / BALADE : À la découverte de la nature cachée du quartier Fontaine au Roi
  • 17H30 / PARADE
  • 17H30 / TABLE-RONDE : Quelles alternatives aux pesticides ? Et si on mangeait bio ?

SAMEDI 24 MARS

  • 10H-12H / ATELIER DE VÉGÉTALISATION
  • 10H-12H / LANCEMENT D’UN NOUVEAU JARDIN PARTAGÉ SQUARE JEAN ALLEMANE
  • DÈS 12H : Onzeverdit ! AU SQUARE JULES VERNE : FAITES LE PLEIN D’ANIMATIONS !
  • 18H30-20H / OBSERVATION DES CHAUVES-SOURIS

DIMANCHE 25 MARS

  • 13H / REPAS PARTAGÉ
  • 14H-18H / PORTES OUVERTES DES JARDINS PARTAGÉS DU 11e : départ collectif en vélo à 14h
  • 15H-17H / DES ANIMATIONS À SAINTE-MARGUERITE

Les rats prennent possession de la place Jean Ferrat à Ménilmontant

IMG_1241rats de menilmontantCe n’était plus qu’une question de temps. Cela fait plus de 2 ans que le Conseil de quartier alerte la marie du 11e sur les problèmes posés par le marché sauvage, qui est présent quotidiennement, ainsi que sur l’état des deux vastes jardinières devenues de vraies décharges.

Si la police et la garde républicaine (à cheval donc) font leur travail et interviennent quotidiennement, la Mairie semble regarde ailleurs.

Assez logiquement, les rats ont fait leur apparition sur la place Jean Ferrat. L’une des jardinières est complètement mitée par les terriers. Il suffit de se promener le soir après le marché sauvage pour constater que la jardinière grouille de rats. L’autre jardinière reste à l’abandon, en raison de fuite dans la station de métro, nous indique Joëlle Moral élus aux espaces verts. Si elle est régulièrement souillée, au moins n’offre-t-elle pas de lieu de vie aux rats.

Cette situation est une honte pour notre quartier. C’est également une honte pour Paris et une insulte à la Mémoire de Jean Ferrat, que la Mairie de paris voulait honorer en attribuant le nom à ce secteur de Ménilmontant.

Au-delà, c’est le signe d’un réaménagement complètement raté et d’un incapacité totale de la Marie du 11e d’entretenir l’espace public dans notre quartier.

Cliquez sur l’image pour visionner la vidéo et vous faire une idée de la situation.

Image de prévisualisation YouTube