Budget participatif : Comment le maire du 11e nous a imposé ses choix

En 2015, nous avions présenté un projet au Budget participatif qui visait à réaliser 5 fresques dans le quartier et faire écho à son histoire. La mairie avait ramené le budget du projet à 75.000€.

Nous avions déposé ce projet pour rendre note quartier plus beau, valoriser son histoire ouvrière et pour permettre à ses habitants, très largement exclus de le construction des aménagements urbains, de participer directement à la décision et choisir.

Le projet intitulé un “Parcours de fresques à Belleville Saint-Maur” a rencontré beaucoup de succès grâce à la mobilisation de ses habitants et fut lauréat de l’édition 2015 avec 796 votes.

Le projet pour lequel les habitants ont voté visait “à réaliser des fresques dans ce quartier qui bénéficie d’une vraie tradition d’art urbain, partie intégrante de son identité. Une série de cinq fresques pourrait être réalisée après appel à projets. Sur le modèle de vignettes, ces fresques se suivraient pour raconter une histoire, celle du quartier par exemple. “

Depuis 5 ans, nous attendions la mise en œuvre de ce projet (un record) et nous sommes inquiétés de la manière dont les habitants du quartier seraient associés au choix de l’artiste et des 5 œuvres. Nous avions raison de nous inquiéter.

Un énième simulacre de concertation

Pour choir l’œuvre la Mairie du 11e vient d’organiser un vote sur son site internet.

Les votants avaient le choix uniquement entre deux œuvres d’une même artiste et esthétiquement très proches et aux couleurs passées, représentant chacun une femme dans une posture assez peu valorisante : soit de dos, soit de face, jupe relevée. Aucun rapport avec le projet inutial sur l’histoire du quartier et ses habitants.

C’est exactement comme demander de choisir entre les coquillettes ou les farfalles. Dans les deux cas, cela à la même saveur et cela reste des pâtes. C’est tout sauf un vrai choix.

Dans sa conception de la démocratie participative, le Maire du 11e s’arroge la décision, la confisque et ne laisse que les miettes aux habitants, alors qu’ils sont à l’origine du projet.

Combien de temps va -ton accepter que seuls les habitants les plus connectés et les plus riches résidant à Bastille ou République décident pour ceux des quartiers populaires ?

Pas la peine d’être grand clerc pour savoir qu’un vote ouvert aux habitants de tout l’arrondissement uniquement sur internet, ce n’est pas un vote réalisé dans le quartier auprès de ses habitants. Qui va vivre avec la fresque ? les riverains et les habitants du quartier. Or peu étaient informés. Les résidents du foyer de travailleurs migrants situé à quelques mètres n’étaient pas au courant et n’ont pas voté. Idem pour ceux des HLM voisins.

Il suffit de faire un calcul rapide pour se rendre compte de l’effacement des habitants de notre quartier. Sur les 260 votants recensés par la Mairie du 11e, combien habitent effectivement le 11e arrondissement ? combien dans note quartier ? Sans doute très peu. Notre quartier représente 1/5e de la population de l’arrondissement, plus pauvres que ceux des autres quartiers, ils sont sans doute moins d’un dixième des votants.

Enfin, rappelons que les habitants ont voté pour cinq fresques. Ils en auront une seule. Si l’on voulait dévaloriser la parole publique et miner la confiance des habitants dans la parole des élus, on a réussi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *