Les habitants de l’Est parisien jugent sévèrement le bilan de la Mairie de Paris

Les habitants des arrondissements populaires moins satisfaits de l’action de la municipalité que ceux de la Rive gauche et du centre.

D’abord, on passera rapidement sur l’insatisfaction des habitants issus des arrondissements de l’Ouest parisien (7e, 8e, 16e, 17e) à l’égard de la politique conduite par la mairie de Paris (60% ne sont pas satisfaits), tant elle semble structurelle et relever de la posture.

Nous nous sommes concentrés sur le jugement porté s’agissant de leur cadre de vie par les habitants de l’Est parisien qui regroupe les 11e, 12e et 20e arrondissements et dans une moindre mesure, par ceux résidant dans le Nord de Paris, qui rassemble les 9e, 10e, 18e et 19e arrondissements.  

Et ce qui frappe c’est que les habitants des arrondissements du Nord et de l’Est parisien, qui rassemblent l’essentiel des quartiers populaires à Paris, sont nettement moins satisfaits de l’action de l’exécutif parisien que les habitants des arrondissements du centre et de la Rive Gauche : entre 50 et 53% pour les premiers, contre 57% à 59% pour les seconds.

 carte satisfaction paris

 

Par rapport à l’ère Delanoë, la satisfaction dans les arrondissements populaires en baisse de 20 points.

La seconde surprise, c’est que la situation s’inverse par rapport à la situation qui prévalait sous la mandature de Bertrand Delanoë où la satisfaction exprimée en 2011 sur l’action conduite depuis 2001 atteignait 71% dans les 18e, 19e, 20e arrondissements et 74% dans les 9e, 10e et 11e arrondissements !

Le décrochage est donc très net. A l’époque, les habitants du Nord-Est étaient plus satisfaits que ceux du Centre de paris et de la Rive gauche (59% seulement de satisfaits).

Circulation et lutte contre la pollution : pour les habitants de l’Est parisien, le compte n’y est pas.

On notera que c’est dans l’Est parisien que la politique de transport en commun recueille le moins de suffrages : 54% des habitants des 11e, 12e et 20e arrondissements sont satisfaits, c’est 6 points de moins que la moyenne parisienne (60%).

C’est également dans l’Est et le Nord, que la politique de lutte contre la pollution est jugée la moins efficace, avec à peine plus d’un habitant sur trois satisfait (36-38%), contre 44% dans le centre  rive gauche et 48% dans les arrondissements de l’Ouest !

En matière de circulation, la défiance est réelle. 71% des habitants de l’Est parisien ne sont pas satisfaits par la politique conduite. Sur ce point, toutefois les griefs sont très largement partagés par les parisiens (74%).

Là encore la nostalgie de l’ère Delanoë semble poindre. Pour mémoire, en 2011,  la satisfaction s’agissant de la politique environnementale atteignait 65% chez les habitants des 18e, 19e, 20e arrondissement et 61% dans les 9e, 10e, 11e arrondissements.

C’est également encore dans l’Est que l’on est le moins satisfait de l’action conduite en matière d’urbanisme et d’architecture. A peine 53% de satisfaits. C’est 5 points de moins que la moyenne parisienne.

Propreté, le dialogue de sourd entre la Mairie et les habitants des arrondissements populaires

S’agissant de la propreté, ce n’est pas dans l’Est que l’insatisfaction est la plus élevée, mais dans le Nord (58%, contre 69%). Sans doute parce que dans le 1er cas, les problèmes de propreté sont  très localisés, alors qu’ils sont plus généralisée dans le Nord.

Là encore, la dégradation est notable par rapport à la mandature précédente. Les habitants des 9e, 10e et 11e étaient alors majoritairement satisfaits (51%). Ceux résidant dans les 18e, 19e et 20e arrondissements ne regroupaient alors que 54% de mécontents.

Téléchargez le sondage IFOP avril 2016

Téléchargez le sondage IFOP 2011

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *